CHRONIQUE #87 | ℒ’éclat et l’ombre

couv38424056

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Fantasy

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : L’éclat et l’ombre T.1 – Les dérobés de Berenia

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Audrey Marin-Pache

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : Indépendant (2019)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 217 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : Chaque individu reçoit à la naissance l’éclat, une capacité unique qui diffère pour chacun : Eryn, jeune fille des régions du Nord, a été gratifiée d’un éclat de soin, un des plus puissants que l’on puisse souhaiter. Mais en cette époque troublée, ce talent tient plutôt de la malédiction : depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau roi, les jeunes soignants de tout le pays ont tendance à disparaître mystérieusement…

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

𝒰n roman un peu trop court pour de la fantasy, mais un univers bien pensé, des pouvoirs originaux et des retournements de situation plutôt sensationnels !

ressenti-livre

𝒞e roman est extrêmement bien pensé. J’ai appris qu’il allait s’agir d’une trilogie, dont le second tome est déjà sorti et qui, vu la fin de ce tome, me tente beaucoup ! Le seul et unique reproche que j’ai à faire à ce roman porte sur ce sujet. En effet, cela aurait été un excellent (du genre 20/20) roman de fantasy si il avait fait 150 ou 200 pages de plus. Je pense que mettre les deux premiers tomes ensemble ou faire la trilogie en un seul tome, en fonction du nombre de pages, aurait été plus complet. Je m’explique. On sent dans ces pages un bel univers de fantasy, dont la création est mesurée, avec des traditions et des pouvoirs originaux et plaisants… Mais j’ai eu l’impression de rester en surface, il me manquait parfois de l’approfondissement, des détails… J’aurais aimé le voir développé encore plus dans ce premier tome et l’on sent qu’on n’en a pas vraiment le temps. Le roman est plein d’action, et arrivé à la dernière page, je me suis dit « Déjà ? » et je trouve ça dommage parce qu’il est vraiment super ! La fin parait du coup un peu abrupte…, mais au moins, c’est très rapide à lire !


𝒮i j’ai été déçue par ce point, c’est que la lecture de ce roman a été vraiment agréable et qu’il possède un grand potentiel. Cela en devient du coup assez impressionnant, mais l’autrice est parvenue à mettre sur pied un univers cohérent et original en si peu de pages pour de la fantasy. On rentre rapidement dans le vif du sujet avec notre personnage principal, Eryn, qui se fait enlever pour une obscure raison, même si elle se doutait déjà que ça pouvait arriver. Les habitants de ce monde reçoivent enfant un éclat, c’est-à-dire un don, plus ou moins rare, il peut s’agir de la force, de la rapidité, d’une particularité artistique… mais Eryn a celui de soin, qui s’avère assez puissant. Cet éclat a différentes particularités, il faut apprendre à s’en servir pour en faire son métier, et il peut vite devenir dangereux. Si l’on s’en sert trop, ou à mauvais escient, on commence à être atteint par l’ombre, qui tue son porteur plus ou moins vite. C’est un système intéressant qui montre bien les dérives du pouvoir et l’importance de savoir se maitriser, parce qu’on le sait bien, la magie a toujours un prix. Un nouveau roi est arrivé au pouvoir de manière bizarre et abrupte, et il demande (assez peu poliment puisqu’il enlève les gens, quand même) tous les jeunes soignants du pays près de lui car il est en mauvaise santé. Et cela cache bien des mystères, que j’ai trouvé bien expliqués, de manière réaliste et aux bons moments du récit.


𝒜 cause de cet enlèvement, Eryn et le lecteur vont beaucoup voyager. Ainsi, nous prenons le bateau, nous cachons dans les montagnes, visitons la grande ville… J’ai apprécié qu’il y ait autant de paysages différents, ça rendait le récit très vivant et divisible en trois grosses parties, celle du milieu ayant moins d’action, mais permettant de mieux connaitre les personnages et les aptitudes de chacun. Car Eryn fait partie des rares dont l’éclat a été modifié, grâce aux Dieux de cette contré. Je n’en dis pas plus, mais j’ai trouvé que c’était une très bonne idée. Elle apprend donc à le maitriser, au sein d’un groupe et s’entraîne sans relâche, sans que ce soit ennuyant pour nous. Elle semble avoir un caractère effacé, ce qui la rend surtout très humble et humaine, sans être naïve. Je l’ai bien aimé, elle est profondément gentille, veut aider son prochain et ne manque pas de ressources et de courage, sans geindre à tout bout de champ, et sans penser à l’amour constamment non plus. J’ai hâte de la voir dévoiler ses pouvoirs un peu plus, car ce n’est pas l’aspect le plus mis en avant pour le moment, laissant la place à d’autres que l’on découvre.


𝒞ontrairement aux apparences, j’ai bien apprécié Lucya, même si j’espère mieux la connaitre dans le second tome. A cause de son passé, elle a tendance à trop se sacrifier et je pense qu’il va falloir qu’elle apprenne à se pardonner. C’est un peu la même remarque pour Elphège (très original d’ailleurs), dont j’ai bien aimé le caractère à la fois détaché et drôle. J’ai généralement apprécié tout le petit groupe, aux caractères et âges très diversifiés, il n’y a pas que des jeunes puissants comme d’habitude, qui se cache dans les montagnes, on s’attache assez vite aux personnages grâce à l’écriture fluide de l’autrice. Dans ce roman, les « méchants » ne sont pas forcément qui l’on croit, et même si un petit doute nous prend parfois, la révélation finale est assez violente. Même si j’arrive à comprendre ce qui motive les personnages, leur façon de faire est cruelle et ne correspond pas à leurs pouvoirs, ni aux valeurs développées le long du roman, subtilement. Les dernières pages sont très rapides, pleines d’actions et de rebondissements, un vrai plaisir à la lecture. On ne s’attend pas vraiment à ce qui va se passer, contrairement à de nombreux schémas récurrents en fantasy et ça brise un peu le coeur, je trouve, parce qu’on s’était attachés à toutes les parties en jeu… L’intrigue principale se divise soudainement et le roman prend une autre tournure. J’ai hâte de connaitre la suite des aventures de tout ce petit monde, après ce bouleversement pour le pays et pour le groupe, en espérant que la romance ne prendra pas trop de place, car ici, elle était juste ce qu’il faut pour être agréable et touchante.

seize

2 commentaires sur « CHRONIQUE #87 | ℒ’éclat et l’ombre »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s