CHRONIQUE #116 | ℒ’Amélys

couv13575420

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Fantasy

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : L’Amélys

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Nancy Crespo

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : Indépendant (2020)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 248 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : En des temps très anciens où l’Homme encore primitif redécouvrait après un effroyable cataclysme son environnement sauvage, une goutte de rosée aquarelle glissa sur le temps à l’intérieur d’une fleur aux pétales reflétant l’Univers. Au commencement d’un nouvel âge, l’Homme tout juste sorti des grottes de la Terre marchait vers de nouveaux territoires jusqu’alors interdits par ses ancêtres. Mais au fil du temps, sa soif de pouvoir grandissante et son besoin d’appropriation incontrôlable de la vie en tout genre, réveilla des profondeurs une énergie sombre depuis longtemps endormie.

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

𝒰n conte de fantasy à l’histoire intéressante mais totalement desservie par une syntaxe et une orthographe qui laissent à désirer.

ressenti-livre

𝒞e roman a une forme et un fond assez particuliers. Son format est plus petit qu’un livre de poche mais sa lecture reste agréable. C’est de la fantasy mais sous un aspect différent, comme un conte un peu poétique. On suit plusieurs personnages sur différentes générations et il est parfois difficile de s’y retrouver. Je mets au dessus de la moyenne car j’ai été sensible à la beauté des mots utilisés, à la profonde vibration d’amour que l’on ressent entre les lignes et à la volonté de l’autrice de nous faire passer des messages de respect de la vie et de la nature. C’est un ouvrage où les mots sont poétiques et où l’univers, malgré sa noirceur est pourvu de touches de lumière saisissantes.


ℳalheureusement, et c’est mon grand regret car j’aurais pu adorer ce roman, le reste ne suit pas. L’ensemble n’est pas cohérent avec toute cette poésie et le livre aurait gagné à connaitre une relecture. C’est pour cela aussi que je suis correctrice, pour permettre à des livres qui valent le coup de ne pas être mis de côté à cause d’une certaine négligence. J’ai beaucoup de mal à lire correctement un roman avec des fautes d’orthographe récurrentes. Comme l’avait si bien dit Emma dans son article, c’est aussi une question de respect pour le lecteur. Le point qui m’a le plus dérangé, c’est le problème global de syntaxe. Certaines phrases n’avaient aucun sens, étaient particulièrement difficiles à comprendre alors qu’avec des mots moins alambiqués et inutiles, ça aurait été parfait et le message serait encore mieux passé.


ℒe roman est court, pourtant, il couvre une chronologie assez grande. Le souci, c’est qu’on a du mal à se repérer à l’intérieur de celle-ci et qu’il manque des informations. L’intrigue manque de détails, d’explications du passé, qui pourtant paraissait être fascinant ! On sait qu’un évènement a bouleversé ce monde, mais il y a un grand flou. L’univers est magique, on découvre des ruines sublimes, des paysages qui semblent superbes, mais ils ne sont pas approfondis. Le problème, c’est que tout est survolé, y compris les personnages auquel il est difficile de s’attacher. Dès que l’on pourrait l’envisager, on les quitte immédiatement, on les connait finalement très peu. Peut-être que ce type de romans sous forme de conte n’est pas adapté pour moi, qu’il me faut plus de détails quand il s’agit de fantasy…

onze

3 commentaires sur « CHRONIQUE #116 | ℒ’Amélys »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s