CHRONIQUE #37 | Chroniques des Terres d’Orlandia

couv13435082Genre : Fantastique

Titre : Chroniques des Terres d’Orlandia T.1

Auteur : Laurent Pissochet

Edition & Parution : Butterfly Editions (2018)

Nombre de pages : 336 pages

Résumé : Sara Sherwood vit en bordure du Bois des Claves, dans un cadre idyllique en compagnie de ses grands-parents, experts dans l’études des sciences occultes. Sa particularité ? Sa tache de naissance à la base du cou dont elle est assez fière et qui lui donne un air énigmatique. Alors qu’elle profite d’un après-midi ensoleillé en compagnie de ses amies Thaïs et Ida, la jeune fille est bien loin de se douter que son existence est sur le point d’être bouleversée. En effet, son destin est étroitement lié aux Terres d’Orlandia, mystérieux monde parallèle au nôtre dans lequel l’adolescente va se retrouver propulsée malgré elle…

ligne-rose

SERVICE PRESSE

Ce roman est l’un des deux derniers livres que j’ai en retard après ma panne de lecture de l’été passé. J’ai de la chance, l’auteur est adorable. J’ai lu ce livre en deux jours et c’est une véritable surprise ! Si le plot de base n’est pas particulièrement original, l’univers pensé est vaste et bien réfléchi, les personnages intéressants et variés et l’auteur a fait des choix assez inédits !

ressenti-livre

En effet, à la lecture du résumé, l’intrigue n’a rien d’original. On retrouve une jeune fille, élue d’une prophétie, qui sort du monde normal pour atterrir dans un monde parallèle. Le début est assez lent, mais tout s’enchaine vite par la suite. On rencontre Sara habitant près d’un immense bois, dans une grande maison naturelle, genre une grande chaumière avec des dépendances. Ses parents sont très absents et elle vit avec ses grands-parents, qui étudient ce lieu qu’est la forêt, où il se passe depuis toujours des choses mystérieuses. Sara est donc très réceptive à tout ça, et c’est ce qui va l’aider dans la suite. J’ai beaucoup apprécié ses grands-parents, Cheyenne et Jeremy, même si, comme souvent, ils lui cachent de nombreuses choses, qui, si ils lui avaient dit plus tôt, auraient évité bien des problèmes !

Qu’il s’agisse de ses grands-parents, de ses meilleures amies, ou des personnages qu’elle rencontre tout du long de son périple, j’ai trouvé qu’il était facile de s’y attacher. Ce sont des personnages qui prennent soin d’elle et lui font confiance, et ce n’est pas négligeable dans un roman fantasy. Cependant, quand tout le monde atterrit (pas en même temps) dans le monde d’Orlandia, j’ai trouvé certaines réactions peu probables. Par exemple, j’ai beau adorer de tout mon coeur mes meilleures amies et faire des balades dans des contrées lointaines, faut pas déconner, à un moment, je cherche quand même à rentrer chez moi ! Sara reste également assez calme, sans faire de remarques, ce qui est assez rare et bizarre, au vu de ce qu’elle vit. C’est un personnage assez ambivalent, puisqu’elle  est à la fois faible, à cause de sa « constitution » et forte mentalement. Le pouvoir des Lames la rend également assez badass, son changement de caractère est très impressionnant ! Sinon, je pense que mon personnage préféré est maitre Irvin, qui s’avère être un chat beaucoup trop cool qui parle, et sa relation avec Sara est très mignonne ! J’ai également apprécié le lutin, Crilan Cedris, qui a encore bien des mystères à nous raconter !

magic-world-600x375

J’ai un peu moins apprécié Herin, dont la relation avec Sara est arrivée comme un cheveu sur la soupe, et que je n’estimais pas nécessaire tout de suite, du moins. J’ai hâte de découvrir plus en détail Kedein, que nous n’avons fait qu’apercevoir durant ce tome. J’ai très vite découvert son lien de parenté, qui ne m’a pas surprise. Chacun a sa place dans ce roman, et si c’est un schéma récurrent, les personnages sont suffisamment travaillés pour que cela reste appréciable. En effet, malgré une certaine prévisibilité, je trouve que l’auteur a su apporter des éléments à son roman qui le rend assez unique. Nous apprenons les choses aux moments adéquats, il n’y a aucune erreur de réalisation. J’ai hâte de voir ce que nous réservent les prochains tomes, et la manière dont Sara va bien pouvoir gagner. Car la prophétie reste assez sombre pour l’avenir.

L’héroïne est vraiment assez jeune, et de ce fait, je m’attendais à un roman jeunesse où tout se passe relativement bien au final. Que nenni ! Plus le récit avance, plus le monde dans lequel Sara arrive apparait cruel et sombre. Attention, pas l’univers, en soit, les paysages sont superbes, les personnages unis, mais la présence du Sans-Nom et des Ténèbres rend le tout beaucoup moins cosy. Il y a vraiment des scènes de violences, assez gores, j’étais pas tout à fait à l’aise. L’auteur n’hésite pas à sacrifier l’âme de ses personnages. Ce ne sont qu’une dizaine de pages au total qui parlent et détaillent la cruauté, mais ça m’a marquée. Pour autant, ce n’est pas négatif du tout, c’était juste plus trash que ce à quoi je m’attendais ! On fait donc la connaissance de monstres pas très beaux, anciennement humains et qui arrachent des chairs en toute tranquillité. Forcément, on ne s’y attache pas beaucoup ! C’est une des seules fois où j’ai espéré la mort de quelqu’un pour lui éviter le pire…

Bref, un roman jeunesse pas si jeunesse que ça, un univers très bien construit et détaillé, des personnages attachants et variés, et une héroïne qui a du potentiel !

quinze

Publicités

Un commentaire sur « CHRONIQUE #37 | Chroniques des Terres d’Orlandia »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s