CHRONIQUE #25 | La Pierre d’Isis

couv44300615

Genre : Fantasy

Titre : Isulka la Mageresse T.1 – La Pierre d’Isis

Auteur : Dorian Lake

Edition & Parution : Noir d’Absinthe (2018)

Nombre de pages : 268 pages

Résumé : Isulka est une mageresse marginale, très endettée, vivotant en donnant des spectacles de magie dans des cabarets parisiens. Scipione est un spadassin vénitien comme on n’en fait plus, un reliquat du passé exilé de la Sérénissime. Recrutés par un employeur anglais pour subtiliser une bague qu’on lui aurait dérobée, la mission se révèle sous un tout autre jour lorsqu’ils découvrent la valeur réelle et symbolique du joyau. L’appât du gain les mènera de Paris au Caire, une course-poursuite s’engageant entre les protagonistes, des espions, des criminels et une inquiétante secte égyptienne…

ligne-rose

SERVICE PRESSE

Merci aux éditions Noir d’Absinthe pour leur confiance ! Vu la lecture de ces deux tomes qui m’ont fortement plu, je vais suivre de très près leurs publications ! J’ai adoré ce premier tome, comme je le pensais en voyant le résumé. Les mentions conjointes de magie, du passé, de voyage et d’Egypte m’avaient donné très envie. Et je n’ai clairement pas été déçue. J’ai adoré les personnages principaux, leurs caractères et l’histoire de la Pierre d’Isis. Le style d’écriture est fluide, les descriptions sont agréables à lire et l’intrigue est pleine de rebondissements !

ressenti-livre

Nous sommes dans un 19ème où la ville de Paris est très industrielle. C’est une ville que l’on connait, je n’ai donc pas été dépaysée dans la première partie du roman. Pour autant, c’était très intéressant de découvrir les bas-fonds de la ville, puisque avec nos deux personnages, nous avons à faire à des intervenants peu recommandables. Je ne m’attendais pas à une atmosphère aussi sombre, mais c’était une bonne surprise ! Le Paris de ces années-là invite aux meurtres et vols en tous genres. Les deux personnages principaux sont individualistes au premier abord, et se soucient de leur profit en dépit des autres. On ne peut pas les qualifier de héros, pourtant leur courage et leur abnégation montrent qu’il ne faut pas toujours se fier aux premières impressions.

Et puis, Isulka se met constamment dans des problèmes pas possibles, on assiste à sa vie dans la pauvreté, le mensonge et le vol. Pour autant, elle se débrouille parfaitement bien, elle a toujours un moyen de s’en sortir. C’est une figure très forte et que j’ai pris plaisir à suivre. Je me suis beaucoup attachée à son personnage, elle est très humaine et grande gueule aussi ! J’adore ce genre de personnages ! Scipione est un peu un personnage hors du temps, on dirait qu’il sort des siècles précédents avec sa rapière ! J’ai appris rien qu’en lisant, et ce grâce aux multiples détails, la manière de se battre à l’ancienne. C’est un faux gentleman mais c’est un personnage qui, face à Isulka, m’a fait beaucoup rire car il ne savait pas comment réagir. On ne peut pas les qualifier de duo, mais pourtant, ils se ressemblent plus qu’ils ne le pensent.

On ne voyage pas simplement vers l’Orient, on voyage aussi dans le temps et par la manière de vivre des personnages. Scipione est un voyage à lui tout seul ! Ce premier tome est plus axé sur la quête et l’irréel que sur la magie à proprement parler. Même si le pouvoir d’Isulka est génial et très impressionnant ! Et très utile aussi, surtout dans sa situation ! Le voyage vers l’Egypte, l’histoire de la Pierre d’Isis et cette sombre histoire de secte étaient vraiment fascinants. La première partie du livre est introductif et plonge dans le contexte de l’époque, mais la seconde partie tient le lecteur en haleine. Il n’y a pas de temps mort, les actions s’enchaînent et les pensées des personnages accompagnent la lecture.

La présence d’esprit d’Isulka m’a impressionné en Egypte, c’est un personnage vraiment pragmatique. Pourquoi elle ? Est-ce en rapport avec sa magie mystérieuse ? Il y a encore beaucoup d’incertitudes à la fin de ce tome sur le pourquoi du comment. J’ai hâte d’en savoir plus à ce sujet. Ce qui est sûr, c’est qu’Isulka est un personnage exceptionnel, reste à voir à quel point ! On rencontre également d’autres personnages, dont Sir Ladd, qui m’a bien surprise, surtout que c’est un envoyé de la Couronne. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Ankhfareh, dans un mélange de pitié et d’empathie. Les légendes égyptiennes m’ont rappelé des souvenirs et sont une véritable mine d’or. L’idée de la Pierre d’Isis est très bien trouvée, je la trouve très originale et surtout, plausible ! Par contre, pour Seth, j’avais des gros doutes dès son apparition, il fallait bien un petit point faible dans ce tome fantastique !

dix-neuf

Publicités

Un commentaire sur « CHRONIQUE #25 | La Pierre d’Isis »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s