CHRONIQUE #145 | L’Ordre

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Fantasy

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : L’Ordre

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Anaïs Hector

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : Editions Sèment (2020)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 198 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : Humanité, tu as tué tes lunes, En les souillant de ta main avide de plaisirs, Tu as dévoré leurs richesses et leurs beautés. Humanité, les dieux t’ont punie, Condamnée à quitter tes lunes, terres de félicité, Pour rejoindre Scáth la grise, planète où l’Ordre est maître. Humanité, l’Ordre le prêche à chaque instant, Les dieux t’offriront le salut si tu trouves leur pardon, Envoie tes enfants sur les lunes chercher le Graal, Et tu pourras retourner sur ces terres qui te sont chères. Humanité, tu te meurs, Nous, les sept enfants élus grandissent pour ton espoir, Nous suivons les pas que l’Ordre impose, Et qu’importe si ceux-ci nous mènent à la mort. – Prière donnée par Sæsól, Élue des Montagnes Blanches

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

Un roman fantasy à l’aspect très philosophique qui dénonce les dangers de la religion poussée à l’extrême.

ligne-rose

Ce court roman est le premier de la maison d’édition Sèment, et c’est une jolie réussite ! Je trouve la couverture très belle, et adaptée à l’aspect philosophique du récit. Le résumé n’est pas très explicite mais il m’a rendu curieuse, il a un côté très poétique et élégiaque. Nous atterrissons dans un monde où le mensonge est la loi, tout comme la religion. Il fut un temps, il y avait Scath, la planète et ses nombreuses lunes où tous habitaient. Mais l’Ordre, l’organisation religieuse qui régit cette Terre a établi que les hommes avaient détruit leurs ressources, et que leurs dieux avaient décidé de les punir en les envoyant sur la planète de base. Cette dernière périclite également au fil du temps et l’Ordre décide de nommer des Elus, de jeunes enfants pour donner espoir au peuple, afin que ceux-ci partent sur les lunes pour trouver le Graal et enfin apaiser les dieux (#résuméclaté).

On plonge donc dans une histoire à deux voix, où l’on suit deux des élues, Lux et Saesol, de leur enfance à leur périple sur les lunes. Et la violence de ce qu’elles vivent est terrible, ça montre vraiment l’atrocité de ce qu’on est capable au nom d’une religion ou de croyances, dès lors qu’on est né dedans ou embrigadé. L’Ordre est vraiment une secte, mais à l’échelle d’un monde. Ils enlèvent les élus de leurs familles en échange d’argent, et les élèvent dans l’endoctrinement, la prière et le silence, sans que qui que ce soit ne se préoccupe d’eux. Et dès qu’ils émettent des questions sur ce dogme, ils sont punis. Heureusement, les élus parviennent en cachette à faire connaissance entre eux et à donner un sens à ce qu’ils font. Ils sont loin d’être bêtes et comprennent bien que c’est l’Ordre qui invente la misère du peuple pour ensuite leur donner des raisons d’espérer. Ils sont tous très différents et ne viennent pas des mêmes milieux, mais ils sont tous des pions et sont seuls, ce qui les rapproche et en fait une famille chaleureuse et pleine d’amour.

J‘ai particulièrement apprécié Saesol, qui ne croit pas à tout ça dès le départ, qui est cynique et lucide jusqu’à la fin. L’amour qu’elle porte à ses frères et soeurs élus fait chaud au coeur car cela adoucit un peu son caractère et lui redonne de l’espoir et un but. Plus l’on avance dans le récit, et plus on se rend compte de ce qui va finalement arriver à nos élus qu’on a appris à connaitre, avec beaucoup d’empathie. Je vous avoue qu’au final, j’ai du mal à saisir l’intérêt narratif du récit, car il n’y a pas vraiment de but, et le lecteur garde un peu un sentiment amer, comme si cela ne pouvait se passer autrement. Par contre, tout l’intérêt du récit est pour moi philosophique. D’habitude, je n’en suis pas fan, mais ici, c’est très bien construit et la réflexion sur la religion est pertinente et nuancée grâce aux différents élus notamment. Je l’ai trouvé somme toute poétique par son fatalisme terrible.

Le récit est divisé en plusieurs parties mais il n’y a pas de chapitres. C’est-à-dire qu’on passe d’un point de vue à un autre sans réelle scission et c’est un peu déroutant au départ ! J’ai mis un peu de temps à comprendre qui était qui, si on allait découvrir d’autres personnages… ce qui rend le début un peu lent. Mais ce fut très intéressant de découvrir l’enfance et la construction de Saesol d’un côté et le périple de Lux sur sa lune de l’autre. Très vite, les deux points de vue se rejoignent d’une certaine manière et la fin se termine en apothéose, où l’on comprend finalement une bonne partie de ce qui était prévu, même s’il me manque quelques informations. J’ai aimé me balader sur la lune de Lux, Dorchae et la découvrir à ses côtés, bien que son personnage m’ait un peu moins plu, un peu trop dévote et dans le déni jusqu’au bout, mais c’est tout l’intérêt de ces deux points de vue qui se complètent ! On va ainsi découvrir des secrets terribles. Cela donne vraiment lieu à une expérience de lecture plus approfondie ! C’est un roman différent, qui annonce de belles choses pour cette nouvelle maison d’édition et qui saura plaire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s