CHRONIQUE #143 | Les Brigades du Steam

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Uchronie steampunk

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : Les Brigades du Steam

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Etienne Barillier & Cécile Duquenne

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : ActuSF (2019)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 350 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : 1910. Un mystérieux complot frappe la France en plein cœur. Solange Chardon de Tonnerre, l’un des meilleurs éléments de la treizième Brigade mobile d’Aix-en-Provence, perd un ami et un bras. En convalescence dans une clinique secrète, elle doit affronter les fantômes du passé comme les assassins du présent. Auguste Genovesi, jeune recrue et nouveau coéquipier, se retrouve plongé avec elle dans une infernale course contre la montre… un véritable bras de fer entre la France et la Prusse. L’honneur du pays et sa raison d’être sont en jeu. Heureusement, les deux agents peuvent compter sur les prodiges de la science pour affronter les manigances de l’ennemi, ainsi que sur le soutien du Tigre lui-même : Clemenceau…

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

Un roman steampunk un peu lent à démarrer, qui prend place dans le sud de la France où l’on plonge à travers une mystérieuse machination.

ligne-rose

J‘ai toujours adoré les oeuvres avec du steampunk, même si on en voit relativement peu. Je trouve les inventions autour de ce genre terriblement travaillées, toujours différentes. Ici, on s’éloigne clairement de la version victorienne habituelle et c’est bien plus agréable que je ne l’aurais cru. Bien que l’on fasse un rapide détour à Paris, l’intrigue se passe dans le sud de la France, vers Aix en Provence ! C’est vraiment inédit et cette originalité est un gros point fort du roman. L’ambiance est plus chaleureuse malgré tous les dangers de la ville et ses bas fonds, la façon de parler, les expressions sont imprégnées de l’accent local et on a même le droit à quelques petites recettes et paysages typiques !

J‘ai trouvé les personnages plutôt attachants. Le problème principal du roman est qu’il est trop long à démarrer véritablement et qu’on a tendance à se lasser des pensées de Solange et d’Auguste. Il faut attendre plus de la moitié pour que l’on rentre dans le vif du sujet. Et même si j’ai adoré ça, on peut être submergé par le monceau d’actions qui arrive soudainement. L’avantage, c’est que tout est expliqué correctement et qu’on ne se sent pas perdu. Mais au final, j’ai l’impression qu’on aurait pu se séparer de quelques passages sans soucis, c’est peut-être dû au fait qu’il s’agit d’un roman à quatre mains aussi ! La scène de poursuite finale est quant à elle une prouesse d’écriture parfaitement descriptive et immersive, qui vaut le coup d’être lue.

L‘aspect steampunk peut sembler être un détail, car il n’est pas mis en avant par des inventions spectaculaires. Cependant, on le ressent à la lecture, comme une atmosphère générale. Car c’est une uchronie, qui s’inspire donc du passé pour le modifier, ici, des années 1800 avec Clémenceau au pouvoir. On plonge dans les mystères et secrets de la police créée pour protéger la France, les Brigades. Mais il y a des traitres et il va falloir les démasquer. Solange, combattante expérimentée, qui a subi un attentat et la greffe d’un bras mécanique suite à cela, va se retrouver avec un petit jeunot, prometteur mais naïf, Auguste. Chacun se respecte et j’ai beaucoup apprécié leur relation bienveillante. Ils forment un duo surprenant mais complémentaire et se retrouvent à devoir déjouer une machination contre la France tous seuls, car ils ne peuvent faire confiance à personne.

Ce fut une lecture vraiment sympathique malgré ce temps d’attente initial, qui donne le sourire aux lèvres. Il y est question de confiance, de culpabilité et de courage, car nous pouvons tous apprendre des autres. J’ai vraiment apprécié que Solange ne soit pas qu’une dure à cuire, mais aussi profondément humaine, qui se laisse aller lorsqu’elle en ressent le besoin plutôt que de garder un ressentiment et de blesser les autres. Elle n’hésite pas à s’excuser si besoin et a à coeur de protéger Auguste malgré tout ce qui lui arrive. Ce duo m’a vraiment plu, ils sont somme toute assez mignons ! Et surtout, il y a une bonne dose de féminisme dans son personnage, avec des remarques sur le sexisme des Brigades qui remettent les idées en place !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s