CHRONIQUE #133 | ℒes légendes perdues d’Aëgane

couv21736843

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Fantasy

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : Les légendes perdues d’Aëgane T.1 – Légion VII

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Sébastien Moulin

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : Indépendant (2020)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 450 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : Le royaume d’Adaïs doit sa récente stabilité aux dix Légions qui le protège. Nombreux furent les envahisseurs ou rebelles à faire face à ces terribles adversaires, sans jamais les faire vaciller. La pérennité du royaume se trouve peut-être entre les mains d’un diplomate et de ses compagnons chargés d’enquêter sur la rumeur de la mobilisation d’une armée d’orcs accompagnée de puissants sorciers. Les émissaires se rendent dans une province marquée par les stigmates du passé et mettront tout en œuvre pour faire la lumière sur les événements se tramant par delà le gouffre des damnés, brèche mystique protégeant Adaïs de terres hostiles. […]ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

𝒰ne fantasy à l’univers complexe et aux personnages nombreux mais attachants, qui ne manque pas d’aventures, avec quelques soucis de narration.

ressenti-livre

𝒞e roman tient de la pure tradition en fantasy, avec son monde particulièrement travaillé et sa légion de personnages aux taches et caractères diversifiés. La plume de l’auteur est très agréable à lire et décrit de nombreux environnements sans jamais trop s’appesantir. J’ai particulièrement apprécié la manière de narrer la légende de départ, qui ouvre le champ des possibles pour le lecteur. Le monde créé par l’auteur est vaste, parfois trop, bien que l’on ait accès à une carte, il est parfois compliqué de se repérer parmi les noms des provinces. J’ai adoré la multitude de dieux qui encadrent le récit, certains prohibés, d’autres très mis en avant et dont la magie est passionnante de diversité. Grâce aux personnages qui partent en mission aux quatre coins du royaume, on découvre les différentes provinces, dont certaines vivent dans la pauvreté tandis que leurs dirigeants sont dans l’opulence, les légendes liées aux différentes îles, les peuples aux cultures variées…

𝒥e me suis vite attachée aux différents personnages, qui ont un caractère bien affirmé et sont ainsi faciles à différencier. On retrouve dans cette équipe une sorcière, une voleuse, un demi-elfe, des soldats particulièrement impressionnants, des stratèges… bref, en soit, ils n’ont rien à faire ensemble mais la force des choses les a réunis sous l’égide de Thorn, général de la légion VII, un personnage entier et profond. J’ai apprécié sa manière de faire confiance aux autres, de prendre les bonnes décisions pour les siens, son honnêteté et ses réflexions. Krikrane est un gros dur particulièrement fort, mais drôle et réfléchi, dont j’ai adoré le duo avec Kas, stratège et guerrier émérite mais au caractère un peu changeant. Cat, la jeune voleuse est très attachante et sa relation avec la princesse du royaume est très mignonne, apportant de la douceur. Cette dernière est d’ailleurs bien loin des clichés habituels, féminine mais avec la volonté de se battre et de pouvoir s’occuper d’elle-même.

ℒe mystère autour du personnage de Mô se dissipe à la fin du récit et j’ai apprécié sa relation avec ses frères et soeurs et sa capacité à s’adapter. Ely, sorcière puissante se dévoile également au fil du roman, le capitaine Breiz est en retrait mais son personnage d’ancien pirate intéressant… Il y a une multitude de personnages secondaires aux caractères intéressants comme Mara ou Tristan qui s’ajoutent durant les aventures de l’équipe, mais ce nombre empêche de s’attacher à tous comme on l’aimerait. J’ai apprécié l’humour qui entoure tout ce petit monde malgré leurs problèmes. On a l’occasion de découvrir également l’autre côté de la muraille d’Arcos Valys avec des personnages humains et sorciers, tous ces points de vue sont enrichissants et permettent d’avoir les émotions de ceux qui sont au ban de la société, parfois de manière injuste, ce qui donne un roman loin d’être manichéen et intriguant.

𝒞ependant, j’ai eu un problème avec la narration, qui m’a empêché de m’impliquer à 100% et fait perdre une certaine fluidité dans le récit. Par exemple, lors de certains dialogues, le personnage racontait une anecdote au passé simple, ce qui rendait l’ensemble très peu naturel et me faisait totalement sortir de la discussion. Je pense également que j’ai raté de nombreux détails importants à cause de cette impossibilité de rentrer complètement dans l’histoire. Du coup, je n’ai pas vraiment compris la fin (et je suis visiblement la seule, vu le nombre de critiques élogieuses à ce sujet, donc ne vous fiez pas à moi, j’ai dû perdre mon cerveau dans la passe des sirènes) qui semble annoncer de nombreux mystères à résoudre par la suite, des trahisons et des combats sanglants. En tout cas, l’ensemble ne manque pas de dynamisme et de nuances, ce qui est fort appréciable !

quinze

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s