CHRONIQUE #132 | ℒ’Héritière & La Couronne

couv12125523

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Dystopiecouv54270641

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : La Sélection T.4 & 5

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Kiera Cass

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 Collection R (2015 – 2016)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 400 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : Il y a vingt ans, America Singer est entrée dans la sélection et a gagné le cœur du prince Maxon. Maintenant le temps est venu pour la princesse Eadlyn de suivre les traces de ses parents en ayant sa propre sélection. Eadlyn ne s’attend pas à ce que sa sélection soit aussi belle que celle de ses parents. Mais, alors que la compétition commence, elle découvre que trouver son propre bonheur n’est peut-être pas aussi difficile qu’elle le croyait.

ligne-rose

𝒰ne suite à La Sélection qui n’était pas indispensable, mais toujours un plaisir de plonger dans cet univers dystopique et ses personnages malgré tout attachants.

Vous pouvez trouver ma chronique du troisième tome ici.

ressenti-livre

𝒥e me suis rendue compte que malgré ses personnages qui me donnent parfois des envies de meurtre, j’aime beaucoup cette saga, qui m’a suivie durant mon adolescence et pour laquelle j’ai beaucoup d’affection. En plus, les couvertures sont sublimes et j’ai donc décidée de la garder, bien que l’ensemble ne soit pas transcendant. Je suis par ailleurs très déçue de l’autrice, qui peine à se réinventer et ne sait sortir que des schémas récurrents. Ici, elle instaure une nouvelle sélection et inverse juste les rôles, tandis que dans son « nouveau » roman, le résumé reste un copié collé de la Sélection. Malgré sa sublime couverture, cette fois, je n’ai pas cédé et je trouve même cette façon de faire détestable et pour l’argent uniquement. J’ai hésité à placer cette saga dans « romance » car l’aspect dystopique est très lointain et manque beaucoup. Honnêtement, je l’aurais commencée maintenant, je n’aurais sûrement pas apprécié. Cela étant dit, passons au contenu de cette duologie où l’on suit Eadlyn, la fille de Maxon et America, devenus parents et adultes.

𝒞’est le premier point qui m’a étonné, car je m’étais attachée à leur caractère et voir une telle avancée dans le temps est assez déstabilisant. Mais ça m’a fait plaisir de les retrouver et de les voir parents et bien qu’épuisés, heureux avec leur famille. Je regrette le manque d’action ici que l’on trouvait dans la Sélection avec les rebelles, qui apportaient du piment et du suspens à l’ensemble. Ici, on suit juste le processus et ce qui l’entoure, et il n’y a pas de drames à l’horizon. J’ai globalement préféré le tome 5 au tome 4, car Eadlyn est un personnage tout bonnement insupportable dans le premier, tandis que son caractère est plus mature et appréciable dans le second. De plus, tous les retournements de situation se produisent dans le dernier et s’avèrent intéressants, avec des messages satisfaisants. Le tome 4 n’est donc qu’une introduction, réussie car addictive et page turner, mais oubliable.

𝒪n sent une plus grande maturité dans l’écriture de l’autrice qui oublie ses triangles amoureux et romances niaises à souhait pour nous offrir un personnage qui voit l’amour pur chez ses parents mais ne semble pas le rechercher ni s’y intéresser. Eadlyn est donc tout sauf niaise et débile, mais ses traits ont été poussés à l’extrême et elle en devient détestable. Durant les 3/4 du tome 4, j’avais sincèrement envie de lui en décoller une pour la faire redescendre, madame est puissante et le sait et elle agit donc comme une adulte pourrie gâtée. Dieu soit loué, elle comprend qu’éloigner tout le monde de soi, ne pas se laisser découvrir et découvrir les autres n’est pas la solution, et que se protéger à tout prix ne rime à rien. Je suis passée de lever les yeux au ciel toutes les huit pages dans le tome 4 à avoir les larmes aux yeux pour elle dans le dernier, tant son évolution est plausible et émouvante. Elle cache son émotion derrière un mur, afin qu’on ne la considère pas comme faible en tant que reine, et cela peut se comprendre. Mais son caractère au final montre tout son amour et sa dévotion, avec une bonne dose d’assurance et de répondant.

𝒬uant à la Sélection, si elle me paraissait au début sans intérêt et fade, Eadlyn a trouvé le moyen de la rendre intéressante et de faire évoluer son règne par la même occasion. Elle prend des risques, écoute ses proches et évoque des éléments de démocratie qui me plaisent bien et qu’on devrait retrouver par chez nous. Elle comprend qu’elle ne connait pas son peuple, qu’elle ne s’est pas assez préoccupée du vrai sort des gens et ce, grâce aux jeunes hommes qu’elle rencontre. J’ai eu mes préférences dès le départ, et j’ai su rapidement qui elle choisirait au final. Kyle, Hale et Erik sont le mélange du mec parfait selon moi ! Chacun avait un message à apporter au récit, et l’on retrouve le sujet du consentement, de l’homosexualité… On comprend que la royauté est loin d’être rose et qu’il n’y a rien à envier, que se sacrifier pour les autres est la pire idée du monde, que chacun est libre de ses actes et qu’au fond, l’amour nous tombe sur le coin de la gueule quand on s’y attend le moins. Seulement, cette résolution reste un peu facile et irréaliste, et l’on reste dans le flou une nouvelle fois face à la suite de leur histoire.

quinze

4 commentaires sur « CHRONIQUE #132 | ℒ’Héritière & La Couronne »

  1. J’avoue avoir lu à 90% cette duologie parce que l’héroïne a quasi le même prénom que moi (à un « E » près xD) mais au final, je l’ai préférée à la première trilogie. Comme tu le dis, l’auteure ne sort pas de ses schémas classiques et c’est très dommage. Mais condenser l’intrigue sur 2 tomes au lieu de 3 lui a fait du bien, je trouve : la première trilogie souffrait de beaucoup trop de redondances en termes de rebondissements assez prévisibles. La duologie nous épargne pas mal ça, et laisse planer un peu plus de suspense quant au dénouement (toujours cousu du fil blanc, c’est vrai, mais un doute s’installe). Après, n’ayant lu tout ça que très tard (genre, l’année dernière, à 25 ans passés !), je n’ai pas d’attachement particulier à la saga et regarde donc ça assez froidement. Je peux donc comprendre que, dans d’autres configurations, il y ait une nostalgie à ne plus retrouver les Maxon/America qu’on a connu !
    Eadlyn est effectivement insupportable au début, mais son évolution est prévisible, assez rapide, et fonctionne plutôt bien. Tout au contraire, je trouvais America attachante au début mais à trop tergiverser, elle a commencé à me taper sur le nerfs au fil de la trilogie (ça fait 15 fois que Maxon te déclare et te prouve ses sentiments, arrête d’en douter au bout d’un moment ! ^^). Donc je préfère clairement l’évolution dans ce sens xD
    Enfin bref, rien d’inoubliable pour moi mais un bon page-turner avec des messages pas mal intéressants du côté des garçons (un peu survolés, certes, mais c’est sympa de l’avoir inclus^^).

    Aimé par 1 personne

  2. Ravie d’apprendre que je ne suis pas la seule à être sujette à des envies de meurtre lors de mes lectures de La Sélection oupsss. Perso, je n’ai pas le courage et l’envie de lire les 2 derniers tomes, je n’ai pas envie de « tourner la page » avec America et Maxon pour me concentrer sur Eadlyn

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s