CHRONIQUE #126 | ℒa fin et autres commencements

couv62876163

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Science-fiction

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : La fin et autres commencements

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Veronica Roth

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : Nathan (2020)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 297 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : Six univers. Dans chacun de ces mondes futuristes parfois proches du nôtre et parfois si différents, la technologie transforme les êtres et façonne de nouvelles possibilités. Pourtant, chacun reste confronté à des problématiques profondément humaines. Plongez dans ces futurs, et explorez des histoires de mort et de renouveau, de haine et d’amour, de vengeance et de pardon… dont la fin n’est qu’un nouveau commencement.

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

𝒰n format particulier dû au recueil de nouvelles, qui implique des histoires trop survolées mais quelques bonnes surprises !

ressenti-livre

𝒥e ne suis pas très fan du format des nouvelles parce que je trouve souvent qu’elles manquent de profondeur et qu’on garde un goût de trop peu. Ça n’a pas manqué ici… L’ensemble est globalement sympathique, la lecture est enrichissante et très philosophique, les personnages ont une psychologie plutôt travaillée mais pas de quoi se relever non plus la nuit, puisque cela reste très décousu. Puisque ce sont des nouvelles de science-fiction, les innovations technologiques sont également bien amenées et plusieurs sont vraiment réalistes et donnent envie pour notre monde. Les illustrations qui jalonnent le récit sont clairement un grand plus, je les ai trouvées sublimes et très adaptées, avec toujours une touche de lumière qui ressortait parfaitement. Je vais donner mon ressenti rapide sur chacune des six nouvelles, avec une note pour chaque :

Inertia : 20/20

𝒥’ai eu un petit coup de coeur pour la première nouvelle, qui a su m’emporter malgré le thème de l’amour, suffisamment doux et léger pour ne pas devenir ennuyant. La dépression est très bien abordée je trouve, pas stigmatisée une seule seconde, évoquée avec compréhension. Le principe technologique est excellent puisqu’on a le droit à une démonstration de la Visitation, qui permet aux êtres en fin de vie de pouvoir parler une dernière fois à leurs proches par le biais de souvenirs. Cela rend le tout très émouvant. Le deuil est donc particulièrement bien évoqué, avec un sentiment d’espoir latent. Les deux personnages ont une relation particulière et bien travaillée, notamment grâce aux souvenirs que l’on découvre en même temps qu’eux et qui nous explique leur histoire. C’était vraiment beau et poignant, avec de la remise en question, et surtout l’impression d’une histoire terminée alors que c’était en peu de pages donc celle-ci est vraiment excellente !

Les fileuses : 10/20

𝒫as grand chose à dire sur celle-là, vraiment une histoire sans intérêt particulier. C’était intéressant de découvrir les différentes espèces qui existent sur cette planète avec leurs caractéristiques et le principe des sangsues, le rapport au deuil et à l’héritage est plutôt bien traité aussi mais pas assez creusé, comme tout le reste de la nouvelle en fait, les relations entre les personnages ne m’ont fait ni chaud ni froid…

Les écoutants : 14/20

𝒞’est l’une des meilleures nouvelles et celle qui a le plus de potentiel pour créer un roman à part entière. Elle donne vraiment envie d’en savoir plus sur cet univers. L’aspect futuriste est excellent, un peu flippant car on parle de contamination, de quarantaine, de bio-terrorisme… On manque un peu de contexte mais ce monde sombre est bien décrit. Par contre, les quelques ellipses temporelles sont bien trop rapides. J’ai trouvé les relations entre les personnages assez fades malheureusement, mais celui de Darya est profond et fascinant puisqu’on la voit grandir, comprendre l’alcoolisme de sa mère et remettre en question le monde qui l’entoure. L’idée principale des Ecoutants est sublime, le principe étant d’écouter le chant des humains, qu’il s’agisse de celui de leur vie ou de leur mort. La musique en devient presque visuelle grâce à la description de l’autrice et  l’idée est suffisamment bien réalisée pour s’immerger. J’ai trouvé la morale de cette nouvelle très belle, lorsque Darya parvient à mieux appréhender ses sentiments et son rapport à la vie.

Vim & Vigor : 11/20

𝒞elle-ci est loin de m’avoir transcendée sincèrement, elle n’a que peu d’intérêt. J’apprécie que l’on parle de super-héroïnes mais cet univers tout comme celui de la fanfiction sont très survolés, ce qui est clairement dommage. Le féminisme ne semble être là que comme un prétexte et certaines remarques m’ont fait lever un sourcil. Les discussions autour du film sont très peu crédibles, le groupe de jeunes filles est parvenu à faire adapter leur fanfiction, donc c’est leur film et elles n’ont rien pu superviser ? Très peu crédible. L’aspect technologique est par ailleurs peu mis en avant et l’invention n’est pas très utile. L’ensemble est très futile mais j’ai apprécié la relation bisexuelle amorcée ainsi que certaines réflexions pertinentes sur la vie adolescente.

Carapaçonnés : 11/20

𝒜pparemment, avec la dernière, elles sont issues du roman Marquer les ombres de la même autrice, que je n’ai pas lu, donc j’y ai trouvé peu d’intérêt. On a deux points de vue, tous deux trop survolés, sans réel enjeu ni d’attachement pour les personnages. Par contre, les histoires sont liées à la vengeance donc on a le droit à un message sur  le fait de ne pas rester dans la haine et de réfléchir avant toute action, et que l’on n’est pas obligé de passer par la violence pour parvenir à nos fins.

Le transformatiste : 15/20

𝒪n ne comprend pas vraiment qu’il s’agit du même univers mais ce n’est pas très gênant à la lecture puisqu’on ne se concentre pas dessus. Dans cette nouvelle, on évoque le sujet des sectes, que je trouve très bien abordé, poignant, avec un réalisme saisissant quand aux extrémités et atrocités auxquelles cela peut mener. On visualise vraiment l’impact sur les enfants de la vie sectaire, la difficulté ensuite à vouloir se construire et à évoluer en tant qu’adulte. Le personnage principal est attachant et réfléchi, brisé mais avec un espoir naissant pour la suite, ce qui donne une fin rassurante et agréable pour le lecteur, je trouve, sans goût amer.

treize

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s