CHRONIQUE #125 | ℛevival

couv74597081

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Science-fiction

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : Revival

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : A.D. Martel

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : Indépendant (2020)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 241 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : Revival, le plus addictif de tous les jeux de réalité virtuelle vient de sortir. Armes technologiques, pouvoirs psychiques, tous souhaitent vivre cette fantastique aventure ! Tous, et en particulier Arya, la petite sœur de Julie. Tout bascule lorsque la fillette devient la prisonnière de ce monde virtuel. Julie refuse de l’abandonner et décide de se connecter. Mais comment faire quand on n’y connait rien en jeu vidéo ? Et si ce jeune gamer, qu’elle s’était promis de ne plus fréquenter, devenait son seul espoir ? Entre amour, aventure et humour, soyez prêt à vivre l’expérience « Revival » !

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

𝒰ne immersion agréable dans l’univers des jeux-vidéos, avec des personnages drôles et humains et des réflexions sur la société intéressantes.

ressenti-livre

𝒟ans ce roman, on fait face à un mélange des genres plutôt agréable, à moitié entre la science-fiction et le fantastique lorsqu’on entre dans le jeu-vidéo. On rencontre Julie, qui vit dans le futur, dans un monde où la technologie a pris un peu plus de puissance et où l’on peut jouer aux jeux-vidéo en réalité plus que virtuelle, puisque le nouveau jeu qui est sur toutes les lèvres, Revival, permet de se plonger dans l’univers totalement, grâce à une nanodiode posée sur la tempe. La jeune fille n’en peut plus d’entendre parler de ce jeu, alors que sa soeur, Arya, ne cesse de regarder en boucle le trailer. Leur père offre à la petite pour son anniversaire le jeu vidéo et c’est là que les problèmes commencent, puisque suite à un bug mondial, les joueurs restent coincés dans le jeu sans pouvoir en sortir sans mourir dans la vraie vie. Julie va alors tout mettre en oeuvre pour rentrer à son tour dans le jeu et tenter de sauver sa soeur.

𝒥’ai adoré le style de l’autrice, très fluide et agréable, avec beaucoup d’humour. Le roman est très rythmé, je l’ai lu en une heure et demie ! Je n’avais encore jamais lu sur le sujet, d’ailleurs, je n’ai pas encore vu Ready Player One, donc je n’ai pas vu de ressemblance avec quoi que ce soit. Le traitement de la réalité virtuelle est maitrisé, très inquiétant également, notamment au niveau de l’impact des jeux-vidéos sur les jeunes, mais sans stigmatiser qui que ce soit, ce qui est appréciable. Je regrette un peu que le côté SF du récit manque d’informations, il semble survolé et c’est dommage, ça ressemble quand même beaucoup à notre univers actuel sans vraiment de changements. J’ai aussi eu un problème sur la fin, le roman m’a semblé vraiment court, avec trop de mystères non résolus, de zones d’ombres et pourtant de nouvelles intrigues qui arrivent. La quête principale n’est en effet pas du tout en passe d’être résolue et a tendance à apparaitre comme un prétexte pour l’intrigue. À l’inverse, c’est particulier mais j’ai trouvé l’intrigue complète et vaste, avec la sensation d’évoluer par rapport au début. La fin apporte également tout un aspect complotiste qui apporte du suspens.

𝒥’ai eu une véritable sensation d’immersion dans l’univers du jeu-vidéo, c’est impressionnant ! On visualise bien les différentes villes qui donnent un style très médiéval au jeu, le tutoriel est bien fait, tout est très réaliste ! Les détails sont également soignés, jusqu’au sac avec des items que le personnage n’a pas besoin de porter, aux quêtes que Julie doit faire pour gagner de l’argent et ainsi avancer dans le jeu… J’ai adoré l’idée des messages que l’avatar reçoit, la sensation de voir nous-même le niveau au dessus de l’avatar des joueurs. C’est également le cas pour la vraie vie, puisque le corps de Julie reste dans le vrai monde et qu’il faut s’en occuper pendant qu’elle est dans le jeu. C’est appréciable d’être du point de vue d’une novice, qui ne connait pas les termes ni même le principe du jeu-vidéo, ce qui permet au lecteur non-initié d’être guidé dans l’univers ! J’ai joué un peu donc ce n’était pas mon cas, mais j’ai pris du plaisir à suivre ses aventures, à voir sa jauge de vie descendre et ses niveaux augmenter ! Surtout qu’on aborde le côté sombre de l’être humain par le biais du jeu, avec les psychopathes qui peuvent s’y trouver, les player killer qui prennent du plaisir à tuer des joueurs alors qu’ils savent que cela va les tuer dans la vraie vie…, ça donne une dimension oppressante. Le traitement du quotidien des femmes est assez excellent je trouve, avec tout cet aspect pervers et malsain que de nombreux hommes cherchent dans les jeux-vidéo, et mis en avant avec l’avatar de Julie, qui possède de gros seins qu’elle ne supporte pas et qui vont lui faire vivre bien des misères.

ℒe personnage de Julie est très attachant, j’ai adoré son caractère courageux, mais qui n’hésite pas à montrer ses faiblesses si besoin. Son évolution est bien traitée et progressive dès lors qu’elle rentre dans le jeu-vidéo. Elle s’émancipe, devient plus sûre d’elle et cela ne la rend que plus intéressante à suivre. Elle garde pourtant son humanité et sa gentillesse alors qu’elle se retrouve sans repères, dans un monde assez violent. J’ai apprécié ses réactions plausibles et son caractère déterminé. En revanche, j’ai détesté son père, absolument irresponsable, qui ne sait que se lamenter et laisser toutes les charges à sa fille aînée. J’ai également beaucoup aimé la meilleure amie de Julie, Chloé, qui apparait vers la fin du roman, mystérieuse mais prête à tout pour elle, touchante et drôle. En revanche, je suis moins fan du personnage de Samuel, le geek de l’histoire, ancien camarade d’école, taciturne et particulier, qui va l’aider à rentrer dans le jeu. Il est sympathique mais je ne m’y suis pas attachée. C’est un personnage un peu trop lourd mais les interactions avec sa famille étaient très drôles. On a des petites touches suggérées de romance mais pas pesantes, donc ça m’a bien plu ! Quant aux autres personnages que Julie rencontre dans le jeu, Nikita, Shadow Hunter, Alaric ou encore Remy, j’attends d’en savoir plus à leur sujet mais j’apprécie qu’aucun d’eux ne soit tout noir ou tout blanc.

seize

Un commentaire sur « CHRONIQUE #125 | ℛevival »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s