CHRONIQUE #121 | 𝒯hunder

couv58147917

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Thriller fantastique

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : Thunder

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : David S. Khara

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : ActuSF (2020)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 240 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : Un magnat russe périt dans l’explosion criminelle d’une raffinerie en Sibérie. Son fils, Ilya Volochin, part en Angleterre vivre chez une grand-mère qu’il ne connaît pas. Dans son nouveau lycée, il rencontre Angela et trois autres adolescents au caractère affirmé. Agressés, ils réussissent à repousser leurs adversaires avant de découvrir qui est le commanditaire de ce guet-apens. Ils comprennent vite que leur réunion n’est pas le fruit du hasard.

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

𝒰n presque coup de coeur, mélange de thriller, espionnage et fantastique dans une ambiance rappelant Percy Jackson, il y a tout pour plaire !

ressenti-livre

𝒥’ai clairement frôlé le coup de coeur et on va commencer par la seule chose qui m’a empêché de mettre la note maximale. J’ai trouvé la fin trop douce et plate par rapport à l’entièreté du roman, et ça m’a donné l’impression de retomber comme un soufflé alors que mon enthousiasme était (et est toujours) très présent. Le roman est globalement très rythmé, avec des révélations tout du long, de l’action comme il en faut, et tous les ingrédients sont parfaitement mesurés. Ce qui rend la toute fin trop simple, je m’attendais à un dernier élément absolument dingue qui m’aurait empêché de dormir et ce n’est pas venu. Pour autant, j’ai très envie de lire la suite, parce que j’ai adoré les personnages auxquels je me suis attachée et l’univers associé au roman alors même qu’il est plutôt court !


𝒥e ne vais pas trop vous en révéler sur ce point pour vous laisser les surprises que j’ai été ravie d’avoir. Mais on sent dès le début une grosse ambiance Percy Jackson avec les dieux de l’Olympe, dont la mythologie est utilisée d’une manière que je n’avais quasiment jamais vue et qui pourtant n’est pas si novatrice. J’ai tout de suite accroché et me suis prise au jeu. Sauf que tout (ou presque) ce que je pensais avoir découvert en me prenant pour quelqu’un d’intelligent a été retourné à l’envoyeur, ce qui m’a fait beaucoup rire au final. On se pose des questions et on enquête en même temps que les personnages. L’auteur glisse en plus une histoire parallèle qui revient à l’époque d’après Seconde Guerre mondiale, avec les expériences qui étaient menées et qui n’étaient pas forcément très éthique. Ça rajoute du mystère à l’ensemble et on essaye de faire coïncider les deux époques.


𝐼l faut que je vous parle des personnages et surtout du personnage principal, Ilya. C’est un jeune adolescent russe, nationalité assez peu utilisée je trouve et qui rajoute un passé intéressant au personnage, il a une véritable carapace autour de lui, un caractère très dur et renfermé, mais il est adorable au fond. J’ai aimé son je m’en foutisme vis-à-vis de ce qui lui arrive tant il en a l’habitude, même si c’est triste et la manière dont il supportait ça et s’en servait pour devenir quelqu’un de bien. Il respecte particulièrement la fidélité, à l’amitié et c’est ce pourquoi il se bat. Je m’y suis beaucoup attachée, on le sentait sincère et profondément bon. Quant à la petite bande qui va l’entourer à la moitié du roman, c’est très drôle parce qu’on ne les aurait jamais mis ensemble mais au final, ils sont un parfait équilibre entre force, respect et humour. La romance est douce et seulement suggérée, ce qui ne m’a donc pas posé problème et j’apprécie que tous les personnages, tous intelligents et charismatiques à leur façon, aient leur importance et une réelle utilité dans l’équipe.


𝒞’est expliqué dans l’interview de l’auteur disponible à la fin du livre, mais on ressent dans l’écriture une volonté de garder de la joie parmi la noirceur qui entoure les personnages. Le mot parfait est « entrain », et ça donne terriblement envie de continuer la lecture. J’ai apprécié la présence du sport en fil rouge, notamment avec la boxe et l’aïkido, que j’ai appris à connaitre un peu mieux. Les scènes de combat étaient très réalistes et amusantes en réalité vu la capacité physique et mentale de certains membres de l’équipe. Je suis fan de l’amitié et de la confiance qui s’est nouée entre eux et de leurs caractères explosifs, notamment celui de Pad, l’informaticien du groupe. Vers la fin, on se dirige plus vers un roman d’espionnage qu’un thriller mais je pense que la suite nous réserve un beau mélange et de jolies surprises auxquelles j’espère accrocher tout autant, puisqu’il reste toujours bien des mystères à résoudre ! Je le conseille aux fans de Percy Jackson / X-Men / 007 parce que c’est un joli condensé !

dix-neuf

4 commentaires sur « CHRONIQUE #121 | 𝒯hunder »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s