CHRONIQUE #114 | 𝓔t ta vie m’appartiendra

couv1155680

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Thriller

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : Et ta vie m’appartiendra

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Gaël Aymon

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : Nathan (2020)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 329 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : Et si votre plus cher désir risquait de vous tuer ?A la mort de sa grand-mère, Irina reçoit un étrange héritage : une peau, sorte de talisman censé exaucer tous ses désirs… Sans y croire, la jeune fille demande à devenir riche, ainsi que la dévotion absolue d’Halima, sa seule amie. Et ses souhaits se réalisent… Pourtant, cette existence de rêve se transforme vite en cauchemar. Car un ennemi rôde, prêt à s’emparer de son talisman, par tous les moyens. Et à chaque voeu formulé, la peau aspire peu à peu la vie d’Irina, la tuant à petit feu…

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

ℒ’auteur est parvenu à me faire apprécier du Balzac, ce qui est un véritable exploit ! Ce roman ne m’a pas particulièrement touchée mais l’aspect thriller est maitrisé et la morale est très philosophique.

ressenti-livre

𝐼l faut savoir avant tout que je déteste Balzac, son style littéraire m’ennuie au plus haut point, avec toutes ses descriptions sans intérêt. J’avais donc une grande appréhension, car j’ai lu les premières pages de La peau de chagrin avant d’abandonner son oeuvre pour toujours. Je connaissais donc l’histoire de ce roman, en surface. Ça a été très agréable de la découvrir d’une autre manière, plus proche de nous, pleine de mystère et de fantastique, au milieu d’un thriller bien pensé. Si vous ne connaissez pas l’histoire, il s’agit d’une peau, qui exauce nos souhaits mais rétrécit au fur à mesure, en même temps que notre vie. Un peu comme un pacte avec le diable quoi. Ici, on retrace dans une grande enquête toute une généalogie, et une sorte de société secrète qui traque la Peau depuis des siècles. Les explications autour de Balzac justement étaient très intéressantes !


𝐼l est difficile de s’attacher à Irina, le personnage principal, qui reçoit la fameuse peau en héritage. On se doute rapidement de son destin qui suit celui de sa mère, mais c’est surtout son caractère constamment défaitiste, capricieux et plaintif qui m’a dérangée. Forcément, avec les évènements, elle mûrit et l’on parvient finalement à la comprendre et à la trouver courageuse, mais j’ai été gênée par l’impression de faire face à un fantôme. Par contre, j’ai bien apprécié Halima, sa seule amie, qui reste pragmatique et tente toujours de s’en sortir, malgré sa loyauté. C’est le point faible du roman selon moi, les personnages un peu froids nous paraissent lointains et on a du mal à ressentir de l’empathie pour eux alors que leur vie part en morceaux. L’histoire passe un peu trop brusquement de la vie normale mais morne à quelque chose de dingue.


𝒥e suis assez impressionnée par la logique qu’a réussi à construire l’auteur malgré tout l’aspect fantastique, car la fin parait plausible. La deuxième moitié du roman est pleine de tension, avec une course-poursuite haletante et des trahisons à la pelle. On a une double narration qui nous permet de reconstruire tout le puzzle. Le tout semble réaliste et très terre à terre puisque le danger est bien là mais la présence du fantastique avec la malédiction rend une ambiance oppressante. J’ai beaucoup aimé la réflexion de l’auteur sur les jeunes issus des quartiers, qui peinent, non pas à se faire une place mais à trouver la leur et ce qui leur fait vraiment envie. Par la Peau, on fait face à une véritable question philosophique  sur le désir d’une vie, sur ce qu’on pourrait souhaiter même si cela en viendrait à nous coûter la vie. Le lecteur a l’occasion de faire son cheminement vers le bonheur, en prenant compte de la morale du récit.

quinze

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s