CHRONIQUE #92 | 𝒪rphéa Fabula et les coulisses de Versailles

couv60633663

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Jeunesse

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : Orphéa Fabula T.2 – Les coulisses de Versailles

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Marie Alhinho

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : Poulpe fictions (2018)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 188 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : Orphéa Fabula n’est pas une jeune-fille ordinaire, c’est une espionne qui voyage à travers le temps. Sa nouvelle mission l’envoie à Versailles, sous le règne de Louis XIV, où elle devra mettre la main sur deux cristaux noirs aux pouvoirs inquiétants. Hébergée par un artisan tapissier et sa fille Anselmine, Orphéa pénètre au palais quelques jours avant la représentation du Malade Imaginaire de Molière. C’est l’effervescence au château avant ce grand spectacle, tandis qu’un mal inconnu touche peu à peu toute la cour. La rumeur dit que deux pierres noires magiques seraient seules capables de guérir ce trouble. Orphéa devra mettre les bouchées doubles pour dénicher les cristaux avant tout le monde et rétablir la vérité !

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

𝒰n deuxième tome plein de rebondissements, de féminisme et de personnages historiques fascinants à rencontrer, au milieu des perruques et des marécages !

Vous pouvez trouver ma chronique du premier tome ici.

ressenti-livre

ℳême si j’avais adoré le premier tome, j’ai une petite préférence pour celui-ci. Pourtant, la période de l’Egypte antique me fascine ! Je trouve l’intrigue un peu plus travaillée. On retrouve Orphéa juste après la fin du premier tome, et c’était très drôle de la voir s’énerver contre l’organisation qui l’emploie, c’était quand même pas cool pour elle, un peu de repos pour une espionne ! Surtout que son atterrissage dans le Paris du 17ème siècle fut, disons, mouvementé. J’ai adoré l’intrigue de ce tome, découvrir Versailles à ses tous débuts était sympathique, ça nous donnait, comme à elle, l’impression d’être privilégiés ! Je savais que la Cour avait voulu rester à Paris, mais pas à ce point ! On redécouvre le palais avant d’être tel quel, et maintenant que j’ai visité une grande partie du domaine, c’était très amusant de s’y retrouver ! J’ai bien apprécié qu’Orphea commence à se poser des questions sur les cristaux et essaye d’avoir des réponses. Je pense qu’il y a quelque chose là-dessous !


𝓔galement, elle n’hésite pas à remettre en question sa mission pour aider ses amis, même si cela peut lui causer du tort par la suite. Elle assume ses actes et ça démontre sa maturité, en plus de son grand coeur ! J’ai toujours autant apprécié son personnage, ses réflexions de personne de notre époque sont très rafraichissantes quelles que soit les époques, avec des références notamment à Harry Potter. Ce tome-ci est dans la même veine que le premier sur le point du féminisme, mais un peu plus poussé, car en étant femme à cette époque, on ne peut pas avoir accès au métier de son choix, le seul moyen de s’élever un peu dans la société étant d’être une femme noble ou une courtisane ! Autant dire qu’on rencontre quelques nobles très désagréables et mauvaises, prêtes à tout pour avoir l’intérêt du roi, et surtout à médire sur les autres. J’étais contente de rencontrer Louis XIV, ce n’est pas donné à tout le monde quand même !


ℒes autres personnages étaient adorables également, surtout Mine, j’adore le fait que lorsqu’Orphéa tombe dans une autre époque, elle ait toujours des gens bienveillants pour l’aider, même si cette fois, la curiosité de son amie aurait pu l’embêter plus ! L’apparition de son chat m’a aussi beaucoup fait rire, le pauvre, il se retrouve toujours embarqué dans les affaires de sa maitresse :’) D’ailleurs, la donne change pour lui, vénéré en Egypte, il se retrouve détesté ici ! Je sens aussi qu’on aura affaire à ses petits frères un jour ou l’autre ! J’ai adoré la réaction d’Orphéa lorsqu’elle rencontre Molière. Elle était à la limite d’hyperventiler. C’est un bonhomme très appréciable, qui va l’aider tout au long du récit et qui mérite bien d’avoir vécu au Siècle des Lumières, il est très ouvert et utilise sa proximité avec le roi à bon escient. Le travail de l’autrice sur les titres notamment est excellent, les références aux oeuvres de ce grand monsieur étaient très bien trouvées, je trouve que c’est un détail très important ! Les illustrations sont toujours aussi géniales, j’adore le trait de crayon de Miss Paty, j’ai d’ailleurs remarqué les petites fioritures qui entourent le titre et qui changent en fonction du roman !

dix-huit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s