CHRONIQUE #86 | 𝓔leanor & Park

couv19656011

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Romance

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : Eleanor & Park

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Rainbow Rowell

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : Pocket Jeunesse (2014)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 378 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : Etats-Unis, 1986. Eleanor est une lycéenne trop rousse, trop ronde et est harcelée par tout le monde au lycée. Dans le bus scolaire, elle a l’habitude de s’asseoir à côté de Park, un garçon timide, qui l’ignore poliment. Peu à peu, les deux lycéens vont se rapprocher, liés par leurs passions communes pour les comics et les Smiths.

ligne-rose

𝒞’est un roman agréable et rapide à lire mais qui ne m’a clairement pas transcendée et dont je ne garderais pas le souvenir très longtemps…

ressenti-livre

𝒥’en avais entendu beaucoup de bien mais s’agissant d’une romance, je ne partais pas particulièrement enjouée, donc c’est déjà bien si je l’ai fini. Au final, c’était une lecture agréable mais dont je ne vais pas garder un souvenir impérissable ! C’est une lecture assez particulière en fait, puisque la romance est assez différente de ce qu’on voit d’habitude. Eleanor n’est pas très jolie, elle le sait et d’ailleurs, Park ne la trouve pas particulièrement belle non plus. Pourtant, il tombe amoureux d’elle, et de sa personne toute entière. C’est assez mignon et ça véhicule un message important qui est de s’aimer pour ce qu’on est et pas l’apparence, mais c’est dit très bizarrement ! Ils sont vraiment amoureux l’un de l’autre hein, ça, il n’y a pas de doutes, mais ils ne se complimentent jamais, ont des pensées l’un sur l’autre pas forcément positives… Ça montre aussi que tant qu’on ne s’accepte pas soi-même, c’est compliqué d’accepter les autres entièrement, et dans une relation, c’est vraiment pas l’idéal.

𝒫as mal de sujets de société importants sont abordés, notamment avec le racisme puisque Park est coréen, le harcèlement également, avec le poids d’Eleanor qui lui vaut des moqueries bien atroces, les violences familiales tant mentales que physiques… Mais l’autrice en parle en surface, c’est au lecteur de se faire une opinion, il n’y a pas de réflexion de sa part et ça reste un peu plat. Quelques clichés sont bien déconstruits, notamment l’une des harceleuses qui au final, aide Eleanor quand elle en a besoin. Par contre, le roman prenant place dans les années 80, il y a des réflexions ultra limites je trouve, notamment par le père de Park, certaines à la limite du racisme… J’ai eu un gros problème surtout avec la fin du roman. Je déteste manquer d’informations sur l’avenir des personnages, mais à ce point-là, c’est carrément abusé ? La fin est à la limite de la compréhension, l’autrice laisse le lecteur dans un flou total et on ne sait rien de ce qui arrive à la famille d’Eleanor ! Même si je n’en attendais rien, j’ai quand même été déçue 😦 Je voudrais parler des dialogues aussi. Sur la première partie du roman au moins, l’autrice ne s’est pas foulée, j’ai trouvé ça convenu mais à un point ! Il n’y en aurait pas eu, c’était le même effet, ça n’apportait presque rien au roman ! J’ai en revanche apprécié l’alternance d’une point de vue, c’est plutôt ça qui faisait office de dialogues.

𝒰n autre point compliqué, c’est la rapidité de la romance. Je veux dire, je crois au coup de foudre et tout, mais là, ils se touchent la main et ils sont ensemble ? Ça n’a pas de sens ! Par contre, j’ai bien apprécié les références à la pop culture, avec les comics que Park donne à Eleanor, les musiques qu’ils écoutaient, c’est une véritable plongée dans le passé avec des objets qu’on ne voit plus aujourd’hui, et c’était bien agréable ! En terme de personnages, Eleanor et Park ont toute ma sympathie mais je ne me suis pas vraiment attachée. Park est gentil et malgré ses réflexions, c’est un petit ami très respectable ! Eleanor est un peu une girouette par moment, on a du mal à comprendre ses réactions mais vu sa situation, est-ce qu’on peut lui en vouloir ? J’ai apprécié la famille de Park aussi, notamment sa mère parce qu’ils se rendent compte de leurs erreurs. Quant à celle d’Eleanor… avec un père inutile, un beau-père violent et con comme une brique, une mère effacée et carrément dangereuse pour ses enfants, et une fratrie sur laquelle tu ne peux pas compter, je ne sais pas quoi dire… J’étais parfois autant en colère qu’elle, triste aussi et j’aurais vomi sur Richie à sa place !

treize

4 commentaires sur « CHRONIQUE #86 | 𝓔leanor & Park »

  1. Je l’avais lu au lycée je crois, et j’avais beaucoup aimé à l’époque, mais j’aimerais bien le relire pour voir si mon avis a changé ou pas ! Surtout qu’une adaptation est prévue je crois 🙂 En tout cas, je comprends ton avis, et ça me donne d’autant plus envie de le relire pour m’en refaire une idée.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s