CHRONIQUE #82 | ℒa machine de Léandre

couv36434745

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Fantasy

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : La machine de Léandre

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Alex Evans

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : ActuSF (2019)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 300 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : Constance Agdal est une excentrique professeure de sciences magiques qui n’aspire qu’à une chose : se consacrer entièrement à ses recherches. Mais quand des démons se matérialisent au beau milieu de la ville, qu’un incube envahissant se prend d’affection pour elle et que son nouvel assistant agit de façon particulièrement étrange, Constance doit sortir de sa réserve… d’autant que son collègue, l’éminent Professeur Dowell, a disparu alors qu’il tentait de recréer une fabuleuse machine à magie d’après des plans vieux de plusieurs siècles. Quel terrible secret se cache sous le capot de cuivre de la fameuse machine ?

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

𝒰n monde à la mythologie parfaitement maitrisée, avec des personnages bariolés et de nouvelles connaissances à foison ! J’en aurais voulu plus, la nouvelle ne m’a pas rassasiée sur cet univers…

ressenti-livre

𝒜ttirée par cette superbe couverture qui annonce la couleur, je suis ravie d’avoir eu l’occasion de faire cette découverte. Le lecteur est plongé dès le début dans un monde original où la magie n’est parfois plus qu’une légende. Elle apparait et disparait au gré des siècles et a ainsi appris aux hommes à ne plus en être dépendant. L’univers du roman sort ainsi d’un long moment sans magie, où la société a beaucoup inventé, un peu comme une sorte d’industrialisation soudaine à grande échelle. Pendant ce temps, la magie est apparue pour certains comme mauvaise, à cause d’une nouvelle religion qui en a profité pour trouver de nombreux adeptes. Les choses ont donc bien changés par rapport à la dernière période magique, les connaissances se sont perdues, il faut tout réapprendre. Le monde imaginé est digne de fantasy, où chaque terre a ses légendes. On rencontre alors la protagoniste principale, Constance, professeure en sciences magiques. Parce qu’après cette période industrielle, on essaye de comprendre et d’utiliser la magie par la science. L’aspect steampunk est infiniment réussi, les deux se mélangent à merveille !


𝒞onstance est un personnage vraiment particulier et original. Après une enfance compliquée, elle est consciente de son intelligence et tente de s’en sortir au mieux, moderne et indépendante, pas le moins du monde intéressée par la société mondaine qui l’entoure. Elle est plutôt mariée à son travail et n’a de cesse de chercher de nouvelles connaissances. Je ne dirais pas que je m’y suis attachée, son caractère ne me l’ayant pas permis, mais j’ai adoré son réalisme et son pragmatisme. Ses aventures étaient palpitantes et fascinantes à suivre. J’ai également apprécié Albert, un démon pas désagréable du tout, dont la particularité m’a beaucoup étonnée et fait rire ! Lui était très attachant et apportait de la joie et de la vie à Constance et au récit. Bizarrement, j’ai bien aimé la Lictrice aussi, somme toute assez humaine. J’aurais aimé connaitre un peu mieux Hamilcar, il avait l’air bon et très maladroit mais le récit est trop court pour approfondir son caractère. Philidor quant à lui, est un personnage très fascinant et complexe, à la double personnalité un peu folle, dirons-nous !


𝒥e regrette un peu que le récit soit si cours, j’ai l’impression au final qu’il me manque des informations, j’aurais aimé connaitre un peu plus la vie de Constance après son expérience. Mais en dehors de cela, je n’ai pas grand chose à reprocher à ce roman. Sa lecture est très fluide et m’a vraiment emportée. Le monde est très bien pensé, son aspect steampunk m’a beaucoup plu, j’avais l’impression de voyager dans un autre monde. On a un peu de romance, mais vu le caractère de Constance, il n’y a rien de cliché, puisqu’elle rationalise tout, donc pas de soucis pour moi ! C’est un récit qui est au final assez sombre, il y a beaucoup de mystères et d’histoires de pouvoir, le fin mot sur la machine de Léandre m’a limite fait vomir mais l’on parvient à comprendre les motivations malgré l’horreur, c’est très bien pensé ! L’aspect scientifique de la magie est une excellente idée, très peu exploitée ailleurs, c’est bien pourquoi j’aurais aimé en savoir encore plus ! Le Don m’a également beaucoup parlé, avec le chamanisme relié aux anciennes légendes qui prennent vie et la manière dont cette magie marchait, que j’ai trouvé bien expliquée. Non vraiment, c’était une lecture assez fascinante !


𝒥e vais finir par la nouvelle, La chasseuse de livres, qui suit le roman principal et qui prend place dans le même univers. Bien que je l’ai trouvée intéressante et éclairante sur certains points, avec une héroïne qui n’a pas froid aux yeux et que j’ai préférée à Constance par sa vivacité, c’est le même problème, elle est trop courte et on reste sur notre faim. J’aurais peut-être également aimé qu’elle se passe avant ou bien après le récit de base, pour avoir un autre point de vue, mais c’est personnel ! J’ai aimé retrouver la même fluidité dans l’écriture et l’amoncellement de rebondissements qui nous gardent bien dans l’histoire, tout en nous donnant suffisamment de détails pour ne pas se perdre. La petite interview qui suit est très enrichissante, c’est toujours agréable de découvrir les auteurs et j’aime beaucoup le principe !

seize

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s