CHRONIQUE #80 | ℒes neiges de l’éternel

couv42998658

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Nouvelles fantastico-historiques

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : Les neiges de l’éternel

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Claire Krust

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : ActuSF (2018)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 359 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́ : Dans un Japon féodal fantasmé, cinq personnages racontent à leur manière la déchéance d’une famille noble. Cinq récits brutaux qui voient éclore le désespoir d’une jeune fille, la folie d’un fantôme centenaire, les rêves d’une jolie courtisane, l’intrépidité d’un garçon inconscient et le désir de liberté d’un guérisseur. Le tout sous l’égide de l’hiver qui s’en revient encore.

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

𝒰n univers intéressant que je connaissais très peu, le Japon féodal, une écriture fluide et pleine de poésie, mais un récit sombre découpé en nouvelles très décousu, avec peu de réponses au final, ce qui rend le tout assez lent et frustrant.

ressenti-livre

𝒞onnaissant assez peu les mythologies et sociétés asiatiques, j’ai beaucoup apprécié découvrir le mode de vie japonais sous l’influence de la féodalité. L’ambiance était sensationnelle, extrêmement bien retranscrite, la plume de l’autrice est extrêmement fluide et agréable à lire, en plus de donner une certaine poésie au récit. C’est un avis personnel, mais je ne suis pas particulièrement fan des ambiances sombres, tristes, mélancoliques et sans espoir, alors j’ai été un peu dérangée, même si c’était beau. On observe le surnaturel ici, la vision des japonais de cet autre monde, par le biais du fantôme d’un jeune homme qui décède et garde une terrible rancoeur, ne parvenant pas à aller vers la lumière, et errant ainsi des siècles, devant profondément égoïste et tortueux. Si j’ai eu beaucoup d’empathie et de tristesse pour lui au départ, la dernière nouvelle où on le voit m’a beaucoup déplue et mise mal à l’aise. Le plus dérangeant étant qu’on ne sait pas ce qui arrive après cet évènement, c’est très frustrant et ça m’a empêché d’apprécier ma lecture, surtout que c’était récurrent. J’ai un peu flippé la nuit sur l’avant-dernière nouvelle tellement elle m’oppressait.


ℒe fil rouge des cinq nouvelles est l’hiver, chaque nouvelle, qui est séparée de plusieurs décennies (plus d’un siècle entre la première et l’avant-dernière) se déroule dans la neige et le froid, ce qui contribue à cette impression sombre et triste. On retrouve une même famille qui, à cause de la mort de l’héritier, va passer de la richesse et la renommée, à la ruine et l’oubli, en un siècle, avec une sorte de malédiction. On suit dans les nouvelles différents personnages qui symbolisent les années passées et les changements opérés pour en arriver là. Mais il manque un véritable lien, un approfondissement, dans le sens où il m’a manqué des informations très importantes et que la fin m’a beaucoup déçue, elle n’a que peu de sens avec le reste de l’histoire au final. J’aurais aimé savoir ce qui se passait entre les deux, ça rend très décousu. De la même manière, d’une nouvelle à l’autre, on revient parfois vers le passé, sans aucune indication et c’est très déstabilisant ! Ce qui fait que j’ai mis du temps, dans une en particulier, à savoir qui était qui par rapport aux premiers personnages, ça manquait vraiment de liens et d’informations !


𝒥’ai particulièrement aimé deux nouvelles, la première et la dernière. La première est un excellent début de récit, j’ai adoré le personnage de Yuki, déterminée et honnête. Au fil du temps, par contre, mon opinion a changé, elle a réalisé des actions peu honorables qui ont valu la mort d’autres. La dernière a apporté un peu d’espoir dans toute cette tristesse, avec un bel amour, un sauvetage et un personnage intelligent et touchant. Mais tout l’intérêt était de découvrir les moeurs de l’époque, la construction de la société japonaise, plutôt similaire à la nôtre à l’époque des rois, avec les courtisanes, les formes d’esclavage, la violence des puissants… C’est pourquoi j’ai mis une note au-dessus de la moyenne. J’ai hésité à abandonner à un moment mais c’était au final très enrichissant sur cette culture particulière !

douze

Un commentaire sur « CHRONIQUE #80 | ℒes neiges de l’éternel »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s