CHRONIQUE #65 | ℒe fil d’argent

couv34145405

𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Fantastique historique

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : Le fil d’argent

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Rebecca Greenberg

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : TerraNova (2018)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 457 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́  : Thomas Gordon, journaliste d’investigation au New-York Daily News, voit son existence basculer un jour de blizzard. Et rien ne l’avait préparé à ça. Comment reprendre le cours de sa vie lorsque l’on se retrouve soudain doté de dons paranormaux ? Comment rester les pieds sur terre lorsque l’on peut désormais sortir de son corps et dépasser les limites de l’Espace et du Temps ? Bientôt les coïncidences s’accumulent et un puzzle hallucinant prend forme… Pour ne pas devenir fou, Tom devra s’engager corps et âme dans l’enquête la plus incroyable de sa vie, où Passé et Présent se trouvent étroitement liés. Et si rien n’était dû au hasard ?

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

𝒞e roman était tellement complet, authentique, bien documenté et avec un aspect spirituel saisissant ! Moi qui ne suis pas très fan de la période historique choisie, j’ai bien accroché à la narration de l’autrice !

ressenti-livre

𝓔n effet, je ne lis jamais de romans sur la période des guerres mondiales et particulièrement de la seconde, parce que je n’apprécie pas me remettre ces atrocités en tête, bien que le devoir de mémoire soit important, je n’aime pas cette période de l’histoire et c’est pourquoi le roman n’a pas la note maximale. Par contre, l’autrice ne pouvait pas mieux choisir la période pour les péripéties du roman. L’alternance entre passé et présent est très bien menée, sans perdre le lecteur une seule fois. On suit à la fois la vie de Tom, adulte, qui vit des phénomènes paranormaux après quelques mois de coma, et celle de Simon et de ses proches pendant la Seconde Guerre mondiale, du début à la fin de la guerre. C’était particulièrement émouvant de voir les années de guerre défiler dans la vie de Simon, jeune juif, avec l’espoir de voir sa fin, tout en connaissant bien le nombre de temps qu’il lui restait à souffrir et à avoir peur pour lui et les siens. Forcément, avec cette période historique, le récit est très poignant, et très descriptif, de manière à immerger véritablement le lecteur dans la vie de fuite de Simon, mais toute la partie de Tom l’est également, ce qui permet au roman d’être très bien équilibré.


𝒯oute la partie spirituelle est fascinante, et je pense que le livre ne m’aurait pas autant plus sans tout cet aspect. Je crois dur comme fer à tout ce qui se passe dans ce roman, que je vous laisse découvrir, et tout m’a donc paru plausible, pas exagéré, ce qui parvient à amener du réalisme alors que ce pourrait être le contraire avec l’aspect fantastique du voyage dans le temps. On sent que l’autrice s’est beaucoup renseignée sur le sujet, tout comme pour la partie historique qui fourmille de détails et permet au lecteur d’apprendre de nombreuses choses, dont je me serais parfois passée, mais qui restent instructives, comme les expériences menées, le fonctionnement des camps… Tout comme Tom, on a l’impression de regarder littéralement l’Histoire se dérouler sous nos yeux et ça participe à la fluidité du récit, malgré l’alternance passé-présent. On ne s’ennuie pas dans ce roman, les informations qui s’enchainent sont bien placées et ne donnent pas une impression de trop comme cela peut arriver parfois dans les romans historiques. Les deux histoires parallèles qui se rejoignent au final forment un superbe ensemble cohérent, reliées par un joli fil d’argent.


𝒥’ai beaucoup apprécié les personnages, dans le passé comme dans le présent. Simon, Louis, Léo et leurs camarades sont chacun touchants à leur manière et suivre leur course pour survivre oblige le lecteur à les apprécier. J’ai adoré réaliser leur importance à chacun vis-à-vis du présent de Tom au fur et à mesure du roman, et comprendre des informations qui auraient dû me sauter aux yeux bien plus tôt, c’est très bien joué de la part de l’autrice ! Quant au présent, je me suis attachée à la famille de Tom, ai eu peur pour eux à bien des reprises et ai beaucoup apprécié leur amour et leur force, tout comme la place de leurs amis, qui les aident, surtout le meilleur ami du personnage qui lui voue une confiance sans borne très touchante. L’utilisation du coma de Tom est dingue et m’est apparue tout à fait logique, je pense tout à fait qu’après avoir vécu un choc, on peut découvrir en nous des aptitudes particulières, puisque nous n’avons pas fini de découvrir notre cerveau, au contraire ! Les pensées de Tom et sa manière d’agir sont totalement humaines et tellement crédibles qu’on se met à sa place, le fait que ce soit un adulte, père de famille, évite de tomber dans les clichés et change de d’habitude. L’autrice a créé des personnalités complexes, qui parcourent l’Histoire à travers des questions métaphysiques très intéressantes, pour ne pas spoiler, je dirais juste que les conséquences de nos actes peuvent grandement influer sur la vie des autres et qu’il ne faut jamais l’oublier, peu importe vos croyances.

dix-huit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s