CHRONIQUE #64 | 𝒮i loin de l’arbre

couv41068475𝓖𝑒𝓃𝓇𝑒 : Contemporain

𝓣𝒾𝓉𝓇𝑒 : Si loin de l’arbre

𝓐𝓊𝓉𝑒𝓊𝓇 : Robin Benway

𝓔𝒹𝒾𝓉𝒾𝑜𝓃 𝑒𝓉 𝓟𝒶𝓇𝓊𝓉𝒾𝑜𝓃 : Nathan (2019)

𝓝𝑜𝓂𝒷𝓇𝑒 𝒹𝑒 𝓅𝒶𝑔𝑒𝓈 : 370 pages

ℛ𝑒́𝓈𝓊𝓂𝑒́  : Grace, 16 ans, a passé une année difficile au lycée. Elle est tombée enceinte, a donné naissance à sa fille le jour du bal de promo et l’a faite adopter. Elle-même adoptée, elle décide de retrouver sa mère biologique. Mais ce qu’elle va trouver, ce sont un frère et une sœur, avec chacun ses secrets et son histoire. Ces trois adolescents dont les vies se retrouvent entremêlées tissent un portrait remarquable de la famille sous toutes ses formes, qui va bien au-delà des liens du sang.

ligne-rose

𝚂𝙴𝚁𝚅𝙸𝙲𝙴 𝙿𝚁𝙴𝚂𝚂𝙴

ℛeçu sans m’y attendre, je ne partais pas très bien à la lecture de ce roman, surtout que je lis peu de contemporain. Eh bien, je suis très heureuse d’avoir poursuivi ma lecture, parce que cette histoire s’est finie en coup de coeur avec une lecture pleine d’émotions !

ressenti-livre

𝒞’est un contemporain avec une véritable intrigue que l’on retrouve ici, et c’est pour ça que ça m’a plu. Les trois personnages principaux sont extrêmement touchants, je les ai aimé tous les trois autant que les autres et je pense qu’ils me resteront en mémoire.  Leur humour et surtout l’ironie de Maya apporte un vrai plus au récit, même quand le contexte est triste, de manière à ce qu’on rit et pleure en même temps. L’alternance des points de vue entre les trois jeunes est super agréable, on apprend à les connaitre au fur et à mesure et on suit leurs aventures qui se rejoignent très vite. Ils se retrouvent après 16 ans sans avoir eu connaissance de leurs frères et soeurs, pour ne plus jamais se quitter. Ce qui m’a beaucoup plu également, c’est le léger suspens qui est laissé tout du long ! Chaque adolescent a un secret qu’il cache, et l’on se demande quand tout ça va leur péter à la figure et quelles vont êtres les réactions des autres ! Tout est probable selon moi, je n’ai pas repéré de clichés particuliers, la relation entre les frères et soeurs se noue doucement et le lecteur voit cette évolution absolument adorable.


𝒫lusieurs sujets très importants sont abordés, l’alcoolisme, la grossesse au lycée, le harcèlement, les relations LGBT et l’acceptation par la famille, l’importance de cette dernière tout simplement avec l’adoption et la famille qui se forme au fil d’une vie, qu’elle soit biologique ou de coeur ! C’est écrit avec justesse, sans lourdeur. Les caractères des personnages sont super bien définis et ça les rend très humains, on ressent vraiment leurs émotions et ça m’a parfois fait pleurer tant les mots étaient forts. C’est dur d’avoir un personnage préféré je trouve, parce qu’ils ont tous quelque chose de touchant, y compris leurs familles et les personnages qui gravitent autour d’eux. J’ai adoré Raph, qui est typiquement la personne dont tout le monde aurait besoin, Lauren, la soeur de Maya apporte également beaucoup à l’histoire. Les parents montrent les failles qui existent dans toute famille, quelle qu’elle soit et ce malgré tout ce qu’on peut faire pour le bonheur de ses enfants. Parfois, c’est indépendant de leur volonté mais au final, ils montrent surtout que lorsqu’on prend la responsabilité d’un enfant, c’est pour la vie. La famille de Joaquin m’a beaucoup émue aussi, parce qu’ils font avec les peurs de celui-ci et ne savent pas toujours comment réagir, mais l’aiment sans faille. Ce roman porte un message sur la famille surpuissant, qui met les larmes aux yeux et touche tout le monde, adoption ou non.


𝒞’est plein de tristesse, mais au final, c’est la joie d’une famille retrouvée qui ressort le plus. Les trois adolescents cherchent leur place et leur chemin de vie, après avoir abandonné un enfant pour Maya, être la seule enfant adoptée pour Maya et être un enfant sans racines pour Joaquin. Ils se construisent à trois et trouvent leurs propres identités. C’était génial de les voir se dévoiler et arrêter de montrer uniquement le bon côté lorsqu’ils étaient tous les trois. L’histoire des photos de famille avec Joaquin m’a beaucoup chamboulée parce qu’il n’arrivait pas à se construire sans s’être vu bébé, il avait l’impression de ne pas exister ni compter pour qui que ce soit. Le vide que ressent Grace alors qu’elle sait avoir pris la bonne décision est vraiment poignant. On a juste envie de leur faire de gros câlins en fait, mais ils font très bien ça tout seuls ! Ils se sont eux-même adoptés et sont chacun une épaule pour les autres, de sorte qu’ils parviennent à traverser toutes les épreuves maintenant qu’ils sont réunis. J’ai du mal avec le contemporain d’habitude parce que c’est plat, ça retrace juste la vie des personnages sans trop d’action. Ici, je trouve que le roman est très fluide, rapide à lire et plein de rebondissements, avec une fin très intense ! Le titre n’a jamais autant pris son sens qu’avec ce roman.

coup de coeur

4 commentaires sur « CHRONIQUE #64 | 𝒮i loin de l’arbre »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s