CHRONIQUE #54 | Les Héritiers d’Avalon

couv7086766Genre : Fantastique

Titre : Les Héritiers d’Avalon T.1 – Le Passage

Auteur : Béatrice Mary

Edition & Parution : Indépendant (2017)

Nombre de pages : 376 pages

Résumé : Après la mort de ses parents dans un terrible accident de voiture, Gabriel est élevé par sa grand-mère Viviane Dymas dans son château breton. Cette riche aïeule qu’il ne connait pas vraiment semble bien mystérieuse. La forêt de Brocéliande autour du château, ses étranges rêves de chevalerie qui le perturbent, ses dons inexpliqués, Gabriel ne mettra pas longtemps à faire le lien avec la légende du roi Arthur. Mais comment est-ce possible ? […]

ligne-rose

Egalement à lire pour mon corpus de mémoire, j’ai bien apprécié ce roman, plus fictionnel que le précédent. Les légendes arthuriennes sont utilisées à merveille pour servir l’intrigue. J’ai un petit bémol sur la romance, qui arrive vers la moitié du roman, et que j’aurais préférée moins clichée.

ressenti-livre

On rentre vite dans le vif du sujet avec le jeune Gabriel, seul survivant de l’accident de voiture qui a tué ses parents. On sent d’ailleurs tout de suite que ce n’est pas très surnaturel lorsque c’est sa grand-mère, Viviane, qu’il connait à peine qui vient le chercher pour le ramener à Brocéliande. Il apprend en même temps que nous qu’il vient d’une famille riche et a du mal à s’y habituer. Il se rend vite compte que sa famille n’est pas normale et découvre qu’il a des pouvoirs magiques, étant l’héritier de Merlin et Viviane, bien plus puissants encore que le plus grand magicien du monde. J’ai beaucoup aimé découvrir son apprentissage de la nature, aux côtés des prêtresses d’Avalon et du combat auprès du chevalier Galaad. Il devient vite fort et doué, et comprend au fil des ans que tout ne lui est pas dû car il manipule la magie. J’ai apprécié le passage où il se rend compte que lorsqu’il puise trop dans la nature, celle-ci meurt, cela lui permet d’apprendre assez violemment que tout a un prix. Et c’est cette idée qui va lui rester en tête pour le reste du roman. Je suis d’ailleurs fan de la relation avec la nature qu’a ce roman, c’est très poétique et j’adore l’intégration des elfes et des animaux !

C’est un personnage très agréable, que l’on voit grandir et mûrir. J’avais peur qu’il devienne égoïste, mais il a des réflexions très pertinentes et est très intelligent et mesuré. Les révélations sont parfois acceptées un peu trop facilement par les personnages, alors que ce sont des éléments très importants ! Viviane est un personnage assez froid, parce qu’elle est loin de chez elle et a vécu des choses difficiles, mais l’on sent sa fierté envers Gabriel et elle m’a beaucoup émue à la fin du roman. Les autres personnages sont assez attachants grâce à leurs liens avec les principaux, et je ne m’attendais pas du tout à ce qui leur arrive. C’était une bonne surprise, parce que l’autrice n’hésite pas à sacrifier du monde, fait assez logique dans une aventure comme celle-ci, un peu comme Game of Thrones 😀

Je me suis doutée de la romance assez rapidement, on la voit venir. Elle ne m’a pas dérangé du tout jusqu’à ce que les deux jeunes grandissent et atteignent l’âge de s’aimer. Si parfois, elle n’était pas trop décrite et passait pour moi, à d’autres, elle m’a fait lever les yeux au ciel. Je me rends compte que je n’apprécie pas vraiment les détails quand il y en a trop vis-à-vis des adjectifs physiques qu’utilisent les personnages. Je ne sais pas si c’est très clair :’) Par exemple, il est beaucoup répété du point de vue de Gabriel que la jeune fille est sublime, sensuelle dans cette robe ou que lui a de beaux pectoraux galbés. Une fois, ça parait normal, trop répété, ça n’a plus grand sens. Mais c’est mon appréciation personnelle et c’est surtout normal me connaissant, j’ai vraiment du mal à supporter tout ce qui est un peu trop de l’ordre du cliché. Leur relation évolue très vite et même si cela peut paraitre trop rapide, vu les révélations, ça fait sens au final !

J’ai senti que l’autrice avait fait de nombreuses recherches sur le sujet et s’était intéressée à la psychologie de personnages qu’on voit explicités trop rarement ! Bien qu’il soit assez jeunesse, ce roman porte de nombreuses valeurs et est une belle porte d’entrée pour ceux qui connaissent de loin les légendes arthuriennes !

quinze

2 commentaires sur « CHRONIQUE #54 | Les Héritiers d’Avalon »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s