CHRONIQUE #47 | Les Maîtres de Pierre

couv75576938Genre : Fantasy

Titre : Les Maîtres de Pierre T.1 – Sâar

Auteur : Nathalie Vignal

Edition & ParutionL’ivre-book (2018)

Nombre de pages : 289 pages

Résumé : Ce que les dieux veulent, ils l’obtiennent. Dussent-ils se jouer de la vie des hommes pour y parvenir. Et ce n’est pas Dragor Elvéïn Kent qui vous dira le contraire. Sang-mêlé, simple gueux frappé du trèfle des Petits-Seigneurs – tous orphelins et voleurs –, il devient le Troisième Maître de Pierre et peut, selon la loi, prétendre à la couronne. Voilà de quoi faire nuit courte quand on nait de beaux noms… Aussi, se satisfait-on de le savoir loin, très loin, en fuite sur les Terres Oubliées. Aussi espère-t-on qu’il y reste… à jamais. Mais Zhara sait qu’il n’en est rien. Qu’il reviendra et doit s’y préparer.
ligne-rose

L’autrice avait eu la gentillesse de m’envoyer son roman lorsque je recherchais des oeuvres pour mon mémoire. C’est un roman dans la pure tradition de fantasy, on y retrouve tout ce qu’il faut, avec de nombreux personnages et lieux inventés, avec en son coeur une histoire de vengeance ancestrale.

ressenti-livre

Je vous avoue que j’aurais apprécié une petite carte au début du roman pour aider à la représentation des trois royaumes et des terres oubliées. On a tendance à se perdre dans les noms qui se ressemblent, tout comme avec les personnages, qui sont tous importants mais sont en grand nombre. Et puisqu’il s’agit de fantasy, ils n’ont pas des noms forcément très faciles à retenir. Au-delà de ces petits points dérangeants, j’ai très vite adhéré au style d’écriture, très agréable, distillant les informations aux moments importants. J’ai beaucoup apprécié l’histoire de ce grand royaume, descendant des dieux.

Tout commence avec Adémael, premier Maître de Pierre. J’ai hâte d’en apprendre plus sur cette pierre, qui choisit son porteur et lui donne son immortalité et sa puissance. Ce premier maître avait divisé le monde en trois royaumes pour plus d’équité, mais plusieurs décennies plus tard, nous retrouvons ce monde unifié contre toutes volontés par le nouveau Maître de Pierre, Fabian. En dehors de ce royaume existent les Terres Oubliées, extrêmement vastes et séparées du royaume par des brumes émanant du Néant et du Chaos. Réjouissant, non ? Dans ces Terres Oubliées, que j’ai préféré, les peuples sont nombreux, on y retrouve des Faunes, des êtres ressemblant aux elfes appelés les Ikinas, très proches des loups… L’univers est très complet, avec une mythologie créative et inédite.

Même si l’on retrouve les guerres de pouvoir entre les différents royaumes et l’envie d’un peuple de se retrouver derrière son prince. Une nouveauté ici, c’est la société créée autour de l’Unique, un peu comme un pape, avec les cardinaux et les moines, et à leur tête trois Magestaires, qui dirigent les monastères comme des entités propres. Tout est fait pour protéger le Maître de Pierre. Mais il y a un problème, car le roi Fabian en a perdu le nom. Nous rencontrons Dragor, qui par vengeance, souhaite voler la pierre. Mais il s’avère qu’elle le choisit ! Les proches du roi font en sorte de le faire passer pour un traitre mais nombre de gens le considèrent comme légitime et souhaitent lui apporter leur aide. La narration est particulière, puisque chaque personnage apporte un nouveau point de vue. On peut donc suivre Dragor en premier lieu, puis de nombreux personnages qui n’ont, au premier abord, pas grand rapport avec lui, mais qui s’avèrent importants, parfois à l’autre bout du royaume. Chacun permet de faire avancer l’histoire et amène plus de connaissances.

Le personnage de Dragor est excellent, il possède plusieurs visages, on rencontre celui doux au contact des faunes, il est très souvent sarcastique et je m’en foutiste, et j’adore ce genre de caractère. J’ai apprécié les faunes justement, très amicaux mais aussi dans un autre registre Jaede, très mystérieux et Yoran, entière et (trop) honnête. Le personnage de Zhara est intéressant, mais je ne m’y suis pas attachée, j’espère découvrir d’autres facettes de sa personnalité dans la suite. Il y a encore beaucoup de mystères à la fin de ce tome, puisque la légende divine nous apprend les sacrifices nécessaires à la survie du royaume entier, qui ont l’air de devoir se répéter dans le temps. On fait face à une horde d’Orphéis, similaires à des morts-vivants, ainsi qu’à des sortes d’animaux peu recommandables (sur la couverture) qui s’allient pour poursuivre le travail du Chaos. J’ai le sentiment que les dieux de cette histoire n’ont pas fini de dévoiler leurs secrets…

Bref, un pur roman de fantasy, avec un monde vaste, complexe et des personnages nombreux qui permettent indépendamment de faire avancer l’histoire et accrochent l’intérêt du lecteur !

seize

2 commentaires sur « CHRONIQUE #47 | Les Maîtres de Pierre »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s