CHRONIQUE #44 | Le Garçon et la Ville qui ne souriait plus

couv75419259Genre : Uchronie

Titre : Le Garçon et la Ville qui ne souriait plus

Auteur : David Bry

Edition & Parution : Editions Lynks (2019)

Nombre de pages : 356 pages

Résumé : Romain fuit chaque nuit sa demeure bourgeoise et confortable, pour rejoindre la Cour des Miracles où vivent les anormaux parqués là par les Lois de l’Église. Le soir de ses quinze ans, il découvre qu’un terrible complot vise les habitants de la Cour. Des coupe-gorges de Mouffetard aux ruines de Notre-Dame, il devra compter sur son ami Ambroise, sur Joséphine, Lion et Akou, pour lever le voile sur la conjuration et échapper aux terribles Lames Noires. Dans un monde assombri par la peur et l’intolérance, le salut peut-il venir de quelques adolescents en quête d’amour et de liberté ?

ligne-rose

SERVICE PRESSE

Rien que la couverture me donnait terriblement envie, la communication autour était dingue ! J’adore la mise en page, agrémentée d’extraits de discours, de manuels… Les personnages sont terriblement attachants et le contexte du Paris et de la Cour des Miracles m’ont absolument fascinée. Un petit coup de coeur !

ressenti-livre

La seule raison pour laquelle il n’obtient pas la note maximale, c’est par moment des dénouements un peu faciles et que j’avais vu venir à l’avance. Pour autant, ça ne m’a pas vraiment dérangé, j’étais très satisfaite de voir que j’avais raison ! L’intrigue est très originale, je ne l’ai jamais vu ailleurs. Si on croise souvent Paris dans les romans, le contexte de la Cour des Miracles est bien plus rare ! Ici, il s’agit d’uchronie*, un genre que je lis très peu (grande erreur) et qui voit tous les « anormaux » relégués sur l’île de la Cité, vivant dans la pauvreté et la crasse. On n’accède plus à l’île que par des souterrains, à cause d’une société religieuse qui ne tolère pas la différence et qui préfère rester entre riches et gens normaux. La Police de la Norme a été créée et condamne quiconque sort des rangs, enfants comme adultes. Mais cela ne suffit plus et un complot se trame…

On rencontre le jeune Romain, qui fête ses 15 ans et cache un lourd secret. Il parait plutôt bien loti, car il fait parti d’une des familles les plus riches, son père étant le chef de la Police. Mais il ne supporte plus de vivre sans libertés, malgré son amour pour ses proches. Presque toutes les nuits, il sort en douce pour espionner la vie sur l’île et la joie des habitants malgré leur misère. C’est un personnage très attachant. Dès que l’action commence, on le cerne très vite, il est très courageux, profondément bon et sensible, malgré tous les problèmes qui peuvent lui arriver. J’ai aimé son évolution et son sens du sacrifice. Son ami Ambroise est également très agréable à suivre, prêts à l’aider quoi qu’il arrive, une vraie amitié ! Pourtant, son père est aussi haut placé et il risque gros !

original

Les personnages qui vivent sur l’île m’ont beaucoup intéressée. Ils sont tous différents, avec des caractères définis et une histoire bien à eux. Le petit Zacharie m’a beaucoup touchée, tout comme Lion et Akou, prêts à tout pour Romain, alors qu’en réalité, ils le connaissent peu et qu’il fait partie de la haute société ! On sent vraiment qu’ils sont bons et généreux, malgré le traitement qu’on leur impose. En plus, ils sont très bien organisés, c’est assez impressionnant ! J’ai adoré l’argot utilisé par les « anormaux », il y a même un lexique à la fin du roman, c’était assez drôle à lire, surtout quand Romain avait du mal à comprendre.

Les 100 premières pages sont très utiles pour mettre en place les personnages et le contexte comme il faut, rien n’est laissé au hasard. Ensuite, on enchaine les actions, avec un rythme très agréable et haletant, où l’on s’inquiète pour les personnages. Cependant, ce n’est pas trop rapide non plus ! Le fait que Romain passe par chez lui pour dormir permet de ralentir momentanément l’intrigue. Je n’en dirais rien, mais la fin m’a apporté beaucoup de satisfaction ! 🙄 Si vous connaissez un peu Paris, vous allez adorer vous perdre dans les ruelles évoquées… Connaissant particulièrement le quartier de l’île, je me suis vraiment sentie immergée dans le récit, et c’était très agréable ! Je suis assez impressionnée que l’auteur ait réussi à tout évoquer en un livre, puisque pour une fois, c’est un one-shot ! Maintenant, il me reste à trouver les petits textes qui suivent l’épilogue ! 🤭

*Récit d’événements fictifs à partir d’un point de départ historique.

dix-neuf

Publicités

2 commentaires sur « CHRONIQUE #44 | Le Garçon et la Ville qui ne souriait plus »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s