CHRONIQUE #33 | Un pays celtique

couv38072646

Genre : Fantasy initiatique

Titre :  Un pays celtique T.1 – Le Grand Hiver

Auteur : Delenn Harper

Edition & Parution : Indépendant (2018)

Nombre de pages : 160 pages

Résumé : Cette trilogie initiatique se passe dans un monde où l’Histoire a été réinventée. Dans cette Histoire, les Celtes n’ont pas perdu contre les Romains, et notre Histoire moderne en est complètement changée. C’est dans cette autre Europe que Lania, étudiante, va voyager en Eurostar entre un Paris très mondain et une Britonnia très naturelle, où cette nation celtique vit en toute indépendance dans une Union Européenne actuelle..

ligne-rose

SERVICE PRESSE

J’attendais beaucoup de ce roman, que l’auteure a eu la gentillesse de m’envoyer. Je dois vous avouer que j’ai été un peu déçue, car j’avais de grandes attentes dues au résumé. Je m’attendais à plus d’action, entre autres. Mais cela reste une lecture agréable, très inspirante et sprituelle, qui plaira à ceux qui s’intéressent aux cultures dites païennes.

ressenti-livre

Je préfère commencer avec les points plus négatifs, pour finir par le positif, qui est en grand nombre dans ce roman ! Tout d’abord, ce qui m’a dérangé en grande partie, ce sont les fautes d’orthographe et de syntaxe. En effet, j’ai appris après ma lecture qu’il s’agissait d’une version non corrigée. Le roman corrigé est dorénavant sorti à la vente, et je pense que je l’apprécierais mieux ainsi. C’est quelque chose qui, dû à mes études de lettres j’imagine, me dérange beaucoup dans une lecture et peut m’empêcher de la savourer à sa juste valeur.

Ensuite, j’ai trouvé le roman parfois un peu lent, manquant d’actions. Je pense que ce premier tome est assez introductif, on apprend à comprendre le fonctionnement de ce monde où la culture celte a une grande place, ainsi que le travail que va devoir accomplir Lania pour devenir Prêtresse. J’apprécie le détail des cours presque magistraux que la directrice de l’Université, Niam, enseigne à ses élèves. On a beaucoup d’informations, très denses, que j’ai apprécié assimiler ou apprendre. Connaissant déjà une partie de ces croyances païennes, je ne me suis pas sentie dépaysée, (#bretonne) et le côté spirituel m’a beaucoup apporté par ses rituels ou ses préceptes, alors que j’en avais justement grand besoin pour avancer dans ma vie. Il y a cependant parfois une redondance de ces informations, qui sont répétées pour dire la même chose. Cela nuit à la fluidité du récit. Pour finir sur les points négatifs, le passage d’Avalonia à la vie mondaine de Lania à Paris, n’est pas très compréhensible. On ne saisit pas tout de suite s’il s’agit de vacances, pourquoi revient-elle sans raison visible, ce genre de choses.

J’aurais aimé voir plus de cette Europe qui a évolué avec en son sein une nation celtique, quels changement ça avait pu apporter aux autres nations… Mais cette nation justement est très dense, et prône des valeurs qui n’existent pas dans le monde moderne, différence que l’on saisit bien par les retours de Lania en France à intervalles réguliers. J’adore littéralement toutes les références à la Bretagne, l’auteure insistant bien sur les goûts typiquement bretons auxquels je m’identifie. J’ai appris beaucoup de choses vis-à-vis des rituels et coutumes païens qui favorisent l’introspection. Commencer ce livre à cette période de l’année est idéal car l’hiver permet le renouveau. J’ai appris à mieux comprendre les saisons, pour pouvoir vivre avec et accepter ce qui vient. Les paysages sont très bien décrits, très visuels, je me suis bien imaginée le Tor, avec la brume tout autour. Les mentions à Brocéliande également, faisant régulièrement des pèlerinages dans ses hauteurs.

original-1

J’ai eu un peu de mal à m’attacher à Lania, elle n’a pas de réelles attaches non plus avec ses camarades, elle a l’air plutôt solitaire en réalité. J’ai aimé cependant les moments qu’elle passe avec sa famille, où l’on découvre une autre facette de sa personnalité. La mention de la tempête de 1999 m’a beaucoup surprise, mais j’ai été intéressée par ce récit, ne l’ayant jamais entendu raconter par ma famille bretonne. J’ai beaucoup apprécié Niam par contre, même si on la connait peu, elle inspire de la bienveillance. J’aimerais en savoir plus quand à Luam, puisque c’est le seul personnage masculin qui m’a intéressée, les amants de Lania étant peu creusés à mon goût. La nation celtique est très féministe et donne une place de choix à la femme. En effet, on appelle les celtes par la lignée de leur mère, et c’est peu commun. Ainsi, qu’il s’agisse des femmes ou des déesses, la féminité est mise en avant, sans être misandre pour autant. Le rôle que risque de jouer Lania donne de l’intérêt au personnage, du fait qu’il s’agit de la première bretonne depuis longtemps à être appelée pour suivre cet enseignement très rare. J’espère que le second tome continuera de nous enseigner mais j’espère également que l’aspect fantasy sera plus présent et le résumé extrêmement attirant, mieux respecté.

J’ai le sentiment que ma critique parait très négative, pour autant, la lecture de ce roman m’a fait beaucoup de bien. Elle ne plaira certainement pas à tout le monde, il faut être assez ouvert d’esprit et réceptif aux cultures païennes, très attachées à la Terre mère et à notre cycle de vie. Ce livre induit des réflexions spirituelles pour celui qui le lit, cela fait travailler notre cerveau et notre coeur pour pouvoir avancer dans la vie. Je dirais qu’il est très utile pour chacun de nous.

quatorze

5 commentaires sur « CHRONIQUE #33 | Un pays celtique »

  1. Cette lecture fut en demi-teinte pour moi pour à peu près les mêmes raisons que toi d’ailleurs. Mais je retiens cette place accordée aux femmes qui m’a donné envie de poursuivre ma lecture malgré la présence des coquilles. C’est vraiment une bonne chose que l’autrice ait décidé de sortir une version corrigée…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s