CHRONIQUE #10 | La Sublime Communauté

couv25354763Titre : Les Affamés – La Sublime Communauté T.1

Auteur : Emmanuelle Han

Edition & Parution : Actes Sud Junior (2017)

Nombre de pages : 364 pages

Résumé : C’est la fin de notre ère. Aux quatre coins d’une planète surpeuplée et en pleine dévastation, six mystérieuses Portes apparaissent, ouvrant des brèches vers des mondes inconnus. En quête d’une terre promise, fuyant la misère et la mort, des flux d’hommes désespérés, les « Affamés », se pressent aveuglément vers ces Six Mondes, ignorant tout à leur sujet. Ashoka, Ekian et Tupà ne se connaissent pas, vivent à des milliers kilomètres de distance. Pourtant, leurs destins sont liés. De leur union dépendra le sort de la Sublime Communauté.

ligne-rose

SERVICE PRESSE

J’ai eu la chance, grâce à Babelio, de recevoir cet ouvrage en avant-première. J’ai également pu rencontrer l’auteure, Emmanuelle Han, lors d’une séance de dédicace, qui m’a permis de voir le roman sous un autre jour ! Ce n’est pas un coup de cœur, mais le prochain risque de l’être, la saga a un grand potentiel !

ressenti-livre

univers

Même s’il vient de sortir, j’aimerais beaucoup que La Sublime Communauté soit plus connue. On a tendance à ranger les livres dans un registre particulier, mais l’auteure nous a dit elle-même qu’elle n’aimait pas trop être mise dans une case. Il est en effet classé dans le registre jeunesse et dystopie. Déjà jeunesse, c’est vite dit, il peut être psychologiquement violent par moment, et puis je pense qu’en étant plus vieux, on comprend mieux les enjeux du livre et son importance. Au niveau du genre, on est sur un mélange dystopie – fantastique. Je ne peux pas le qualifier de post-apocalyptique, parce qu’il n’y a pas eu d’apocalypse, la Terre est devenue hostile et c’est à cause de nos bêtises. Je trouve ce roman très actuel par cette problématique un peu écologique. Comme beaucoup de romans dystopiques, ça nous permet de voir ce qui nous attend si on continue à être des imbéciles. C’est très réaliste.

Je suis ce que certains appellent une allumée, étant donné que je crois fortement aux mondes parallèles et surtout à l’espoir qu’on puisse visiter l’univers et se casser de cette planète (pas la faute de la Terre, mais de ses misérables habitants). C’est d’ailleurs la mention des Portes dans le résumé qui m’a donné envie de lire ce livre. Pour le moment, l’avenir qui attend l’Humanité après le passage de ces Portes est un peu flou. On ne sait pas de quelle manière elles sont arrivées sur Terre, où elles emmènent les gens… puisque personne n’en est jamais revenu. C’est donc très intriguant et j’ai hâte de lire la suite. On ne sait pas pourquoi la Terre est dans cet état, et on se demande pourquoi (et comment !) la majorité des humains sont devenus des Affamés.

Qu’est-ce que sont des Affamés ? Ce sont des humains qui, à force de chercher à s’échapper, en ont oublié de vivre et donc de se nourrir, entre autres. Ce qui les fait ressembler à des morts-vivants, on ne va pas se mentir. Ils font un peu flipper et c’est leur condition qui amène la partie violente moralement du livre. Pourtant, l’auteure nous a expliqué qu’elle ressentait plus les Affamés comme des migrants. Après réflexion, ça tombe sous le sens puisque ces gens partent de chez eux et parcourent le globe à la recherche d’une porte de sortie. C’est la version hard de ce que nous voyons actuellement dans le monde. Je ne vais pas spoiler, mais un moment particulier m’a presque donné envie de vomir tellement les Affamés sont bien décrits. Le plus effrayant, c’est que c’est très réaliste, et le problème se trouve là. Lorsqu’on lui a posé la question, l’auteure a dit qu’elle ne s’était même pas rendue compte que certains passages du roman étaient passablement violents. Je comprends ça, dans le sens où partout où l’on pose le regard, il n’y a que mort et destruction (cimer les médias), on vit constamment dans cette ambiance et la violence n’en devient plus vraiment une.

Avant de parler rapidement des personnages, je souhaite aborder le thème des mythes et de la culture, extrêmement présent dans ce récit. L’auteure a beaucoup voyagé et ça se ressent. C’est très agréable, il y a beaucoup de descriptions détaillées des paysages. C’est aussi ce qui contrebalance la violence du livre ; la beauté reste vivante malgré tout. C’est un message d’espoir de la part de l’auteure. Les trois lieux dont on parle dans ce tome sont : l’Inde, le désert du Sahara et la Triple Frontière (Paraguay-Brésil-Argentine). Ce sont des endroits qu’on imagine particulièrement féerique grâce à la beauté de la nature. Chaque lieu possède ses mythes propres et l’on apprend à connaître chacun des peuples et leurs coutumes. J’ai beaucoup aimé les mythes proposés dans ce roman et particulièrement ceux du Désert, mais c’est parce que je suis très sensible à cette culture.

personnages

Venons-en aux personnages. Ekian, Tupà et Ashoka. Plutôt jeunes, 13, 15 et 7 ans respectivement. Le choix de cette jeunesse s’explique par la volonté de transmettre la vérité à travers une certaine naïveté, qui permet la tolérance. J’ai particulièrement accroché avec Ekian, qui vient du désert, car c’est un personnage fort et indépendant. En plus, on a les mêmes cheveux :’). Je n’ai pas apprécié tous les choix de Tupà mais j’aime la maturité qu’il a acquis et son courage. Au début, j’avais beaucoup de mal avec Ashoka, le petit Indien, peut-être à cause de son jeune âge. Mais c’est celui qui grandit le plus, et qui est le plus élevé spirituellement parlant. L’auteure a décidé de présenter ses personnages individuellement (un chapitre = un personnage) et c’est plutôt rare. Cela nous permet de mieux nous identifier et d’apprendre à les connaitre. Ils ne se rejoindront qu’au tome prochain.

L’aspect mystique et fantastique du roman vient des personnages qui sont trois Transplantés.  C’est-à-dire qu’ils ne viennent pas des lieux cités, ils y ont été amenés de manière à endiguer la prophétie qui les concerne. C’est une entité, un Observateur qui a décidé de cela et de leurs vies, aidé par une armée de Guetteurs, qui foirent passablement leurs missions tout au long du récit. Ce sont nos trois jeunes Transplantés qui vont devoir sauver le monde. Et comme je l’ai dis à l’auteure, c’est un aspect qui ne me plait pas. Pourquoi c’est toujours aux enfants de prendre l’avenir de la planète en main, avec le poids du monde sur les épaules ? Toujours aux jeunes de réparer les erreurs des ancêtres ! Outre cet aspect, j‘ai particulièrement aimé que ce livre s’adresse à tous et que chacun puisse se faire son propre avis en fonction de son vécu. 

dix-huit

6 commentaires sur « CHRONIQUE #10 | La Sublime Communauté »

  1. Ça a l’air intéressant ! 🙂 Si les trips d’univers parallèles t’intéressent, je peux te conseiller la saga des Portes de la Mort, de Tracy Hickman et Margaret Weis (c’est de la Fantasy adulte, mais c’est super intéressant) !
    Y a aussi L’instinct de l’équarisseur, de Thomas Day, qui parle d’un Sherlock Holmes qui existe vraiment !

    Aimé par 1 personne

      1. Il est absolument génial ! Le livre part du principe que Conan Doyle raconte dans ses romans les aventures de Holmes, mais en version très édulcorée par rapport à ce qu’il fait habituellement (et le Holmes réel existe dans une réalité parallèle un peu futuriste/steampunk assez dingue)!
        Il est trouvable super facilement en Folio SF 🙂

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s